Paris-Londres Music Migrations

Lors de mon dernier passage parisien, j’ai visité l’exposition Paris-Londres Music Migrations 1962-1989 proposée par le Musée National de l'Histoire de l'Immigration. J’ai donc envie de vous causer de cette exposition qui aborde le vaste sujet de la circulation des musiques populaires dans deux métropoles européennes.

On entre dans cette exposition par les images et le son du Swinging London des années 1960. On entre. On plonge dans le bouillonnement culturel et musical que vont connaître Paris et Londres dans les trente années qui suivront, le point d’arrivée étant fixé à 1989 et au bicentenaire de la Révolution Française. Il faut un point de départ à une histoire. Il faut également un point d’arrivée. Va pour celui-ci.

Paris Londres Music Migrations Paris Londres Music Migrations

 

Trente années où se sédimenteront les apports, influences, luttes des communautés immigrées des deux ex empires britanniques et français. Stéphane Malfettes, commissaire général de l’exposition et responsable de la programmation culturelle au Palais de la Porte Dorée, explique que le projet d’origine était de couvrir l’histoire des immigrations à Londres et Paris depuis 1945. Pour faire moins et mieux et saisir le sujet par une porte dérobée, avec Martin Evans et Angéline Escafré-Dublet, tout deux historiens et commissaires scientifiques de l’exposition, décision fut prise de faire des scènes musicales le fil conducteur de cette traversée. Et comme l’agir musical des minorités et populations racisées n’est jamais dénué d’un positionnement et de revendications politiques, les combats portés autour et par ces scènes offrent un révélateur saisissant du chemin parcouru pour imposer une réalité que certains sont encore prêts à renier : nous sommes des sociétés multiculturelles, des sociétés post-coloniales et hybrides. Nous ne sommes pas, nous devenons.


L’angle d’attaque reste vaste et l’exposition est de ce fait riche, foissonnante, multiple. A l’image de son sujet, elle a un caractère insaisissable et fourre-tout. Dans sa scénographie, son impressionnante documentation mêlant documents écrits, partitions, pochettes de disques, écoutes, vidéos, peintures, photographies et j’en passe, elle est une tentative de structurer le tout-monde musical de deux sociétés urbaines. A chacun et chacune de tracer sa route, de laisser certaines parties pour se consacrer à d’autres. 
C’est d’ailleurs ce que je vais faire également dans ce podcast en me concentrant sur quelques parties, documents ou lieux.


La suite :

La Causerie Musicale #10 | © Musique pour l'Imaginaire © Arnaud S.

Retrouvez les références musicales et bibliographiques citées dans le programme sur le blog de la causerie musicale

Le podcast est également disponible sur itunes et spotify.

Belle écoute!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.