Art et politique
Chercheur sur les enjeux politiques de l'art
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2021

L'art sous contrôle : peut-on réunir jugements éthiques et esthétiques ?

Interrogeant la place de l'éthique dans l'art, Carole Talon-Hugon refuse que le jugement moral prenne le dessus sur le jugement esthétique. Pourtant, cette proposition ne me semble pas satisfaisante.

Art et politique
Chercheur sur les enjeux politiques de l'art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À partir des critiques de l’art sociétal que l’on évoquait dans le premier billet, ainsi qu'à partir de diverses remarques de l’autrice, on aurait pu penser que l'ouvrage s'inscrirait dans la théorie moderniste de l’irresponsabilité de l’art - que l'on a notamment déjà commenté ici avec Madame Bovary et les remarques de Fabienne Dupray. Cela ne constitue pourtant pas le cœur de son argumentation.

Pour répondre au supposé remplacement de l’esthétique par l’éthique, l’autrice suggère plutôt, de manière étonnante, de les réunir.

La partie IV du livre reconnait ainsi la légitimité de juger moralement les œuvres d’art, mais en imposant plusieurs limites, qui caractérisent selon Carole Talon-Hugon « un moralisme modéré »[1].

Ainsi, l’appréciation d’une œuvre artistique réunirait en fait « un faisceau de qualités », notamment esthétiques et éthiques.

Pour l’autrice, le jugement global de l’œuvre serait en quelques sortes une moyenne de ces différents jugements. C'est ainsi qu'il faut comprendre que « la dimension éthique […] n’est pas toute l’œuvre » et que « [le] défaut moral ne supprime pas la valeur artistique de l’œuvre mais amoindrit sa qualité globale »[2]. Cette proposition est séduisante par sa modération, dans un débat souvent outrancier : l’autrice concède notamment « qu’un défaut éthique peut être si massif qu’aucune autre qualité de l’œuvre ne peut le compenser. »[3]

1993 - Huang Yong Ping - Théâtre du monde (cette installation contenait des insectes et reptiles que les spectateurs pouvaient regarder s'entre-dévorer)

Pourtant, cette proposition ne me semble pas satisfaisante. Tout d’abord, cette réunion de différentes qualités dans un même faisceau a tout l’air d’une solution ad hoc et abstraite, difficilement applicable dans la réalité : quelles sont ces qualités précisément ? Quel est le coefficient attribué à chacune ? À quel point un défaut éthique doit être important pour annihiler les qualités esthétiques d’une œuvre ? Comment distingue-t-on les qualités esthétiques et stylistiques évoquées par l’autrice ? Enfin, à quoi correspond cette « qualité globale » (p. 128) évoquée par l’autrice, qui ne serait ni esthétique ni éthique ?

En fait, je crois que, dans son projet de réunion des deux dimensions de l’œuvre, Carole Talon-Hugon crée une catégorie nouvelle, qui ne recouvre en fait plus aucune réalité.

On peut tenir sur une œuvre des jugements éthiques et des jugements esthétiques, mais de manière distincte. Les deux peuvent s’influencer ou non (comme une blague qui ne nous ferait pas rire parce qu’elle est raciste, ou qui nous ferait rire indépendamment du fait qu’elle est raciste), mais n’en restent pas moins des domaines séparés.

On peut prendre du plaisir à regarder une œuvre en dépit de, à cause de ou indépendamment de ses positions morales, mais il n’empêche que le jugement esthétique désigne ce plaisir et non pas la position morale en question. À l’inverse, la moralité d’une œuvre n’a que peu à voir avec ses qualités esthétiques[4]. L’on peut enfin se demander si, dans le système de l’autrice, une qualité esthétique peut être si massive qu’elle peut compenser certains défauts éthiques ?

2018 - Publicié Aubade sur les galeries Lafayette qui a soulevé les critiques d'associations féministes

Souhaitant contester la domination supposée de l’éthique sur l’esthétique, Carole Talon-Hugon crée donc un système qui permet à l’esthétique de rattraper l’éthique, comme on rattrape ses notes en fin de semestre.

Pourtant, pour filer la métaphore culinaire ouverte par l’autrice (p. 129), il ne me semble pas qu’un plat dont on apprendrait que c’est de la chair humaine perdrait son bon goût. Il nous dégoûterait, certes, mais pas pour son goût.

À l’inverse, un plat n’en devient pas meilleur s’il a été cuisiné avec des ingrédients parfaitement éthiques (bio, végan, crus, suivant telle ou telle tradition…). Il me semble donc indispensable de garder séparées ces deux dimensions, et admettre que l’on peut parfois trouver bons, drôles ou beaux des objets dont on désapprouve par ailleurs l’éthique.

Si l’on désapprouve Dieudonné ce n’est pas, d’abord, parce qu’il n’est pas drôle, mais parce qu’il est antisémite ; si l’on critique les publicités Aubade, ce n’est pas parce qu’elles sont laides, mais parce qu’elles contribuent aux stéréotypes sexistes…

2019 - Manifestation pour l'avant-première de J'accuse, de Polanski

Pour revenir au domaine artistique – mais je reste persuadé que ces réflexions s’appliquent à toutes les représentations, voire à tous les jugements de goût –, l’on peut apprécier la peinture de Picasso ou les films de Polanski tout en condamnant leurs actes, et pour cette raison refuser de leur donner de l’argent, voire d’être spectateur de leurs œuvres, voire s’opposer à leur monstration et reconnaissance publique.

Ces actions militantes n’ont rien de choquantes, car elles ne s'inscrivent pas dans les domaines esthétiques ou artistiques, mais politiques.

Là où Carole Talon-Hugon voit la victoire de l’éthique sur l’esthétique, il faut en fait voir la (re)légitimation de l’éthique dans les discussions sur l’art. Celle-ci ne remplace pas du tout l’esthétique – une discussion sur les qualités formelles, l’originalité ou le plaisir que les œuvres suscitent est toujours possible – mais affirme la supériorité du bien commun sur le beau commun ou, pour reprendre la citation de Diderot déjà donnée par l'autrice : « Tout ce qui prêche aux hommes la dépravation est fait pour être détruit […] Quelle compensation y a-t-il entre un tableau, une statue, si parfaite qu’on la suppose, et la corruption d’un cœur innocent ? »[5]

1937 - Picasso - Femme qui pleure

[1] Ibid., p. 128. Cette modération s’oppose selon l’autrice à « une relecture moralement intégriste » (124). Les intéressés apprécieront.

[2] Ibid., p. 128‑129.

[3] Ibid., p. 129.

[4] Notons que plusieurs philosophes ne s’accordent pas avec cette idée, et pensent que la qualité esthétique d’une œuvre désigne justement sa valeur politique. C’est le cas notamment de Rancière, sur lequel il nous faudra revenir plus tard.

[5] Cité par Carole Talon-Hugon, L’art sous contrôle, op. cit., p. 73.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof