Une pétition pour le remboursement des protections menstruelles bio

Une pétition vient d'être lancée pour demander à Agnès Buzyn, Marlène Schiappa et aux député.e.s d'inclure dans les produits remboursés par la Sécurité sociale un choix de protections menstruelles bio (le plus large choix possible, tampons, serviettes, cup, solutions lavables et réutilisables).

Cette pétition a plusieurs mérites : elle garde le sujet dès règles vivant et ouvert dans notre société, alors que celui-ci a été historiquement tabou ou utilisé pour opprimer les femmes et les exclure (à ce sujet, lire l'excellent ouvrage d'Elise Thiébaut, Ceci est mon sang, 2017). Alors que l'on pensait que le mouvement #MeToo ouvrait la voie vers une révolution féministe, beaucoup ont été désespéré.e.s de voir la vague de machisme et de sexisme déferler en réaction, et déçu.e.s de l'absence de réactions concrètes de nos représentant.e.s et élu.e.s pour améliorer le quotidien des femmes.


Aujourd'hui, le coût des protections menstruelles de qualité et l'absence d'information sur ce qu'elles contenaient jusqu'à très récemment font que beaucoup de personnes en situation précaires ou de pauvreté optent pour les solutions les plus économiques et les plus dangereuses, pour leur santé et l'environnement. Certain.es vont jusqu'à tenter de s'en passer lorsque la fin de mois est trop difficile.

Cette situation est intolérable. Après avoir obtenu la reconnaissance des protections menstruelles comme produit de première nécessité (par une lutte acharnée évidemment) ayant comme effet de baisser la TVA de 20% (oui, oui, elle était à 20% avant 2016) à 5,5%, le combat ne doit pas s'arrêter et le débat doit rester ouvert.

Des protections menstruelles gratuites ou à très faibles coût, respectueuses de la santé et de l'environnement, c'est une nécessité au nom de l'égalité et de la solidarité. 

La pétition est ici.

Elle a déjà été relayée par MadmoiZelle.com ici

 

A nos signatures ! :)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.