Le migrant

Poème: Le migrant

LE MIGRANT

C’est un coin de paradis où chante la mer,
Empanachant fièrement la grève dorée ;
Où le soleil baigne de ses reflets amers,
Cet azur infini qui forge les nuées.

Un enfant, gît, seul, au creux d’un halo de brume,
La nuque bercée par les larmes océanes,
Il dort. Tout drapé de sa crinière d'écume,
Le regard perdu vers les horizons profanes.

Le cri des oiseaux n’irrite pas ses oreilles,
Il repose en son lit bleu aux lueurs vermeilles,
Le sourire figé et l'allure rigide.

Les embruns ne courroucent pas ses yeux craintifs.
Inerte, son corps froid, erre entre les récifs,
Son visage, las, embrasse le sable humide.

Tours
le 29/06/2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.