Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2020

«Nous ne parlons pas quand nous sommes des objets»

En affichant sa foi musulmane et multipliant les positions féministes et anti-racistes, la journaliste et activiste Kübra Gümüsay est devenue une voix importante des débats dans une Allemagne marquée par la montée de l’extrême droite. Avec «Sprache und Sein», elle signe son premier livre.

Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La porteuse de voile, la musulmane engagée, la musulmane libérale, la musulmane féministe, l’exception. » C’est sous ces intitulés, qui sont autant de stéréotypes, que la journaliste et activiste Kübra Gümüşay est régulièrement présentée.

Née en 1988 à Hambourg, petite-fille d’un Gastarbeiter turc, Kübra Gümüşay s’est d’abord fait connaître à travers son blog, Ein Fremdwörterbuch (Un dictionnaire de mots étrangers), puis ses chroniques dans le quotidien de gauche « taz » avant de faire de nombreuses apparitions dans des émissions de télévision. Autant de tribunes dans lesquelles elle défend ses positions féministes et dénonce le racisme et l’islamophobie présents dans la société allemande.

Portrait de Kübra Gümüşay © Paula Winkler


Avec Sprache und Sein (Langue et Être), paru en janvier dernier aux éditions Hanser, Kübra Gümüşay signe son premier livre. Son ambition ? Rechercher « une langue qui ne réduit pas l’humain à des catégories », une langue « dans laquelle nous tous, en tant qu’humains dans toute notre complexité, pourrions exister de la même manière ».

Pour débuter sa démonstration, Kübra Gümüşay emprunte à l’explorateur Alexander von Humboldt l’idée selon laquelle chaque langue possèderait sa « propre vision du monde ».

Pour en témoigner, l’auteure prend tout d’abord appui sur des « mots manquants » — ces mots que l’on trouve dans une langue mais qui n’ont pas de traduction immédiate dans une autre. Il en est ainsi par exemple du terme yakamoz, par lequel un locuteur turc décrira les reflets de la lune sur l’eau, qui n’a pas son équivalent en allemand (ni en français d’ailleurs).

Mais une langue ne s’arrête pas à son vocabulaire. Sa structure, sa grammaire, la caractérise tout autant. Ici Kübra Gümüşay évoque les langues pirahã (Brésil) et kuuk-thaayore (Australie), où le passé serait absent, les chiffres et les couleurs n’existeraient pas, tout comme la « droite » et la « gauche ». Pour l’auteure, cette rencontre avec une autre réalité linguistique agit comme un révélateur : « Cette perception du temps et du monde m’a impressionné. Seulement en comparaison nous comprenons quelle vue sur le monde nous est imposée [par notre langue]. Tout tourne autour de nous, de notre “je“ et de notre perception individuelle […] Qu’est-ce que nous serions si nous parlions une langue comme le kuuk-thaayore qui nous rappelle constamment que nous sommes rien d’autre qu’un petit point sur une grande carte ? »

Si cette approche peut sembler attrayante, elle est cependant problématique.

Si l’on échappe aux « 50 mots des inuits pour désigner la neige », les quelques exemples de « mots manquants » restent tous relativement triviaux pour que l’on puisse difficilement y voir l’expression de différentes « visions du monde ».

Une lecture plus attentive des débats en linguistique, au hasard sur la célèbre « hypothèse de Sapir-Wholf », aurait également pu mettre en garde l’auteure contre les dangers d’un déterminisme linguistique, qu’elle manie à la caricature : « Si nous parlions une langue qui ne connaît pas le passé […] pourrions-nous nous régaler de histoires, de souvenirs ? Que cela signifierait pour les religions, les états ? Sans histoire collective, pourrait-il y avoir des États-nations ? ». D’une langue, on pourrait donc, selon l’auteure, déduire une organisation juridique et sociale. Ici une discussion sur le rapport entre « langue et nation » aurait pu être intéressante, mais elle est reste absente. Et alors qu’elle aborde la question des minorités linguistiques en Turquie, elle n’évoque pas la réforme de la langue turque des années 1920.

Enfin, l’on a du mal à comprendre en quoi cette discussion entre les langues est censée éclairer la suite de l’ouvrage consacrée au problème de la représentation des minorités et de leurs expériences au sein de la langue allemande.

L’exposé de sa propre situation, au croisement de quatre langues (« Le turc est pour moi la langue de l’amour et de la mélancolie. L’arabe une mélodie mystique, spirituelle. L’allemand la langue de l’intellect et du désir. L’anglais la langue de la liberté »), n’est à ce titre pas une démonstration satisfaisante. Les qualificatifs retenus renvoient à une expérience individuelle, singulière, expliquée par la biographie de l’auteure, mais ne peuvent être généralisés.

« Nous, les étrangers, nous grandissons dans une langue dans laquelle nous ne sommes pas prévus en tant que locuteurs. Une langue dans laquelle nos perspectives ne sont pas considérées, mais seulement les perspectives de ceux qui parlent sur nous. » Si l’on peut reconnaître à Kübra Gümüsay un sens certain de la formule, cette idée selon laquelle la langue allemande serait aujourd’hui colonisée par la rhétorique de l’extrême droite et de l’AfD n’est ni véritablement démontrée ni analysée. Même la citation de Victor Klemperer, qui avait fait ce travail avec la langue nazie (sans que ce travail ne soit explicitement mentionné dans le livre), n’apporte rien à ce sujet.

Le plus intéressant dans l’ouvrage réside alors dans les quelques passages restants consacrés à ses propres expériences, notamment ses participations aux grands shows télévisuels : « À vrai dire, j’aurais dû annuler. Mais je croyais que je pouvais supprimer les clichés. Je n’avais pas idée que je faisais partie d’un business model : “la peur de l’Islam”. » En lieu et place de ces émissions TV, elle conclue son ouvrage avec un appel à la création d’autres espaces de parole, des « utopies réelles », pour « de nouvelles formes de parler et de penser ensemble ».

---

Cet article a été initialement publié le 1er avril 2020 sur le blog personnel de l'auteur à l'adresse suivante : https://arthurdevriendt.net/index.php/2020/04/01/hambourg-allemagne-la-selection-episode-5/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B