Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2019

Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

Golden Glove: l'horreur de Fatih Akın

Présenté comme le meilleur film de Fatih Akın à l’occasion de sa sortie en France mercredi 26 juin, «Golden Glove» a fortement divisé la critique lors de la dernière Berlinale et pour sa sortie sur les écrans allemands.

Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Présenté comme « le meilleur film de Fatih Akın » à l’occasion de sa sortie en France le 26 juin prochain, Golden Glove (Der goldene Handschuh) aura pourtant fortement divisé la critique lors de la dernière Berlinale et pour sa sortie sur les écrans allemands.

Après le décevant In the fade (Aus dem nichts, 2016), le réalisateur de Hambourg s’intéresse ici à une « figure repoussante de [s]on enfance », le violeur et tueur en série Fritz Honka, actif dans les années 1970 dans le quartier de Sankt Pauli. Originaire de l’Allemagne de l’est, ouvrier sur un chantier naval, défiguré des suites d’un accident et habitué du bar Au gant d’or dans lequel il mettait la main sur ses futures victimes (et qui donne son nom au film), Fritz « Fiete » Honka viola et tua quatre femmes avant de les découper en morceaux et de cacher les membres dans son appartement de la Zeißstraße.

Golden Glove © Pathé

Se réclamant d’une plongée dans les entrailles d’un monde glauque et répugnant à la manière d’un Charles Bukowski, dont il est un fervent lecteur, Fatih Akın parvient à restituer l’environnement de son anti-héros au moyen d’une reconstitution fidèle des différents lieux, par la transformation impressionnante de l’acteur principal, Jonas Dassler, et par l’intensité des scènes de meurtre. Jusqu’à l’écœurement.

L’effet de réel, « prouvé » par les images d’archives du générique de fin, ne doit cependant pas faire oublier que le scénario est tiré d’un roman à succès d’Heinz Strunk (non traduit en français), dont la lecture s’avère bien plus riche. Si une adaptation cinématographique nécessite inévitablement des coupures et raccourcis, on peut toutefois s’étonner de la nature des choix opérés par le réalisateur. En retenant ce qu’il y a de plus obscène et voyeuriste, en effaçant tout élément biographique et en réduisant le couple d’adolescents à une simple amourette là où l’original laissait place à l’opposition entre différentes classes sociales, Fatih Akın signe bien là un film… d’horreur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens