Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2019

Golden Glove: l'horreur de Fatih Akın

Présenté comme le meilleur film de Fatih Akın à l’occasion de sa sortie en France mercredi 26 juin, «Golden Glove» a fortement divisé la critique lors de la dernière Berlinale et pour sa sortie sur les écrans allemands.

Arthur Devriendt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Présenté comme « le meilleur film de Fatih Akın » à l’occasion de sa sortie en France le 26 juin prochain, Golden Glove (Der goldene Handschuh) aura pourtant fortement divisé la critique lors de la dernière Berlinale et pour sa sortie sur les écrans allemands.

Après le décevant In the fade (Aus dem nichts, 2016), le réalisateur de Hambourg s’intéresse ici à une « figure repoussante de [s]on enfance », le violeur et tueur en série Fritz Honka, actif dans les années 1970 dans le quartier de Sankt Pauli. Originaire de l’Allemagne de l’est, ouvrier sur un chantier naval, défiguré des suites d’un accident et habitué du bar Au gant d’or dans lequel il mettait la main sur ses futures victimes (et qui donne son nom au film), Fritz « Fiete » Honka viola et tua quatre femmes avant de les découper en morceaux et de cacher les membres dans son appartement de la Zeißstraße.

Golden Glove © Pathé

Se réclamant d’une plongée dans les entrailles d’un monde glauque et répugnant à la manière d’un Charles Bukowski, dont il est un fervent lecteur, Fatih Akın parvient à restituer l’environnement de son anti-héros au moyen d’une reconstitution fidèle des différents lieux, par la transformation impressionnante de l’acteur principal, Jonas Dassler, et par l’intensité des scènes de meurtre. Jusqu’à l’écœurement.

L’effet de réel, « prouvé » par les images d’archives du générique de fin, ne doit cependant pas faire oublier que le scénario est tiré d’un roman à succès d’Heinz Strunk (non traduit en français), dont la lecture s’avère bien plus riche. Si une adaptation cinématographique nécessite inévitablement des coupures et raccourcis, on peut toutefois s’étonner de la nature des choix opérés par le réalisateur. En retenant ce qu’il y a de plus obscène et voyeuriste, en effaçant tout élément biographique et en réduisant le couple d’adolescents à une simple amourette là où l’original laissait place à l’opposition entre différentes classes sociales, Fatih Akın signe bien là un film… d’horreur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie