[pub] La petite-entreprise de Fillon!

Le Canard «au secours» de Fillon! La très discrète petite-entreprise de François Fillon, 2F Conseil, vient de recevoir un sacré coup de projecteur grâce à la pub gratuite du Canard Enchaîné de ce mercredi. Société inconnue du grand public, le palmipède du mercredi dans sa page 3, permet de combler cette lacune.

Cela nous manquait de connaître les dessous de ce François, futur candidat pour remplacer l'autre François, dont les dessous semblent s'épuiser à coups de confidences aux journalistes ou les anciennes petites fugues en vespa.

C'est en effet une nouvelle qui mérite d'être partagée car l'ancien premier-ministre, s'était bien gardé de la crier sur les toits. Il est le seul salarié et gérant de l'entreprise 2F Conseil, crée en 2012, dont le chiffre d'affaires en 2015 s'élève à 298 811 €. Située dans le square de Latour Maubourg, dans le 7ème arrondissement de Paris, l'objet social est simples et précis «Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion». Et il démontre son côté économique. Vraisemblablement le secrétariat serait exercé  par celui dont il dispose à plein temps payé par Matignon.

Selon l'hebdo du mercredi, par la plume d'Isabelle Barré, «le candidat LR s'est versé 624.000 euros de salaires nets entre juin 2012 et décembre 2015. A quoi s'ajoutent, pour l'associé unique, c'est à dire pour sa pomme, 133.000 euros de bénéfices. Soit 757.000 euros de revenus cumulés. En moyenne, cela représente 17.600 euros par mois, qui s'ajoutent à son modeste traitement de député, de 5.357 euros mensuels net».Fillon a copé l'herbe sous le pied à tout le monde

dessin de FET

Un parlementaire n'a pas le droit d'exercer la profession de consultant, sauf s'il l'exerçait avant d'être élu. Notre insoupçonnable ex-premier-ministre connaît la loi et la respecte. C'est pour ça qu'il s'est déclaré le 7 juin 2012, dix jours avant son élection comme député à Paris.

Ouf, on est rassuré dans "la mare aux canards"! On se demandait si la disparition de Sarkozy allait enlever le piquant des accommodements avec l’éthique et l’intégrité des hommes politiques. Au moins on sait que chez François Fillon, qui fait appel «à l'exemplarité de ceux qui dirigent [l’État]», on ne néglige pas les petits bénéfices de Conseil pour ses vieux jours...

Rien n'est illégal mais l'éthique est dans le calcul rémunérateur!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.