La colère sociale qui vient... et celle qui est déjà là!

On pourrait dire qu'à la veille d'une journée comme celle qui s'annonce le 5 décembre, la colère qui vient serait plutôt celle qui est là, celle qui gronde! Et en priorité ce seraient les acteurs des multiples facettes de cette énergie et mobilisation qui les premiers auraient la parole!

Ceci d'autant plus qu'on sait combien la parole des opposants ou des critiques de ce quinquennat est peu entendue, voire ignorée même sans être muselée. Le pouvoir financier, qui a délégué à l’Élysée ce président, n'a pas besoin d'instaurer la « censure préalable » elle s'est presque imposée d'elle-même. D'autre part ce MediapartLive va au-delà des abonnés puisque l'émission est libre d'accès... et cela valait la peine d'organiser trois Lives, vu la bonne ''santé'' de Mediapart. Et puisque nous sommes dans le participatif, voilà la proposition (tardive certes).

Ce qui ferait le 4 au soir, MediapartLive: pourquoi nous manifestons demain?   ... par ceux qui s'engagent et qui depuis longtemps apportent à chaque fois les interrogations et la critique sur la politique annoncée et surtout suivie!

Ce qui suggérerait le 5 au soir, MediapartLive : Comment (ou quoi) comprendre sur ce qui s'est passé aujourd'hui?

Ce qui amènerait à présenter une ''conclusion provisoire'' le 6 au soir, MediapartLive sur ce que cette journée ouvre pour l'avenir politique du pays, d'après les auteurs de la mobilisation et où, ceux qui représentent le pouvoir, auraient à dire, ce qu'ils ont compris et comment situent-ils l'après... s'il devait avoir un droit de réponse c'est sans doute à ce moment-là!

La critique, pour justifiée qu'elle soit, sur les invités présents et sur les absents, ne me semble pas opérante ni exempte de contre-critique car chacun, et nous sommes nombreux, voudrait inviter ceux que nous estimons pertinents.

Je pense que c'est la prérogative et la responsabilité de la rédaction (d'où notre droit de critique) en accord avec ce que d'aucuns appellent ''la ligne du journal'' et que je nommerai plutôt le choix cohérente d'une équipe de rédaction.

Restons critiques avec Mediapart et également avec les ''faiseurs de listes d'invités''. Et réservons notre colère pour le 5... et les jours suivants. Là elle a vraiment raison d'être et de s'exprimer!

Image associée

Dans le commentaire, Vincent Lindon : «Aux oubliés de la start-up nation, il ne reste que la rue»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.