ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

669 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 mars 2020

“Fossoyeurs de...” la démocratie?

Tout à été dit sur le geste prémédité, diktat de l’exécutif, oukase de Macron! ''Hold-up démocratique'', obscénité, morgue, affrontement assumé, sans réserves contre le mouvement social, contre les syndicats, faisant fi des objections du Conseil d’État, de la mise en garde de la Cour des Comptes, de l'alerte sur l'absence de confiance par un des économistes de la Macronie. J'ai décidé, rompez!

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ils n'ont pas eu assez... Le mouvement social commencé avec la grève le 5 décembre 2019, la discussion parlementaire depuis le 27 janvier 2020, imposée au pas de charge en procédure accélérée, à l'Assemblée, soulevant des questions de fond aussi bien sur les intentions, que sur la méthode et les pièges.

Et voilà, en catimini (après l'intoxication médiatique contre l'obstruction parlementaire qui n'était autre chose que la poursuite du mouvement qui s'exprimait dans la rue), après un conseil de ministres exceptionnel (un virus peut en cacher un autre...), le premier-ministre, arrive à l'Assemblée pour fustiger l'opposition, coupable de s'opposer, et “dégaine” son LBD-49.3. Les députés de son clan, peu nombreux dans l'hémicycle, tenus pour chose négligeable, n'étaient même pas au courant de la date, l'ayant appris par la presse et les réseaux sociaux. Comme s'ils en demandaient encore de tension, de colère, de révoltes.

Il sort son LBD-49.3, pressé de rentrer dans son Havre!”

Pressé qu'il était pour regagner son Havre (de paix-?) le premier-ministre n'a pas improvisé, il a mis à exécution un plan manifestement préparé: choisir le bon moment pour passer en force et à la va vite, comme ce fût le cas avec le statut des chômeurs, le statut ferroviaire, entre autres.

Et summum de l'impudence, le premier-ministre affirme « Je n’ai pas le sentiment que notre démocratie puisse se payer le luxe d’un tel spectacle », se disant désireux de « mettre fin à cet épisode de non-débat ».

Comme s’il était illégitime de s’opposer au rouleau compresseur  gouvernemental, de quel luxe s’agit-il ? Celui qui le 4 février, montre que 51% des Français se prononcent pour un retrait pur et simple du texte. Les Français qui apportent leur soutien au mouvement social restent majoritaires: 54%. Et si au mois de décembre, 44% des sondés estimaient que le nouveau système allait entraîner “plus d’inégalité”. Ils sont à 53% en février, après un pic à 56% le mois précédent.

Ce quinquennat se comporte en “fossoyeur de...” la démocratie? Mais s'agit-il vraiment de démocratie?

Sont plutôt “fossoyeurs de...” de notre système social, de nos libertés de manifester, du droit de nous opposer, de refuser les incartades de l'éducation nationale, des droits des chômeurs, du cadre hospitalier en introduisant des logiques de marketing là où il s'agit d'êtres humains...

“Fossoyeurs” de la vie démocratique, qu'elle se joue au parlement ou dans la rue. Utilisateurs des forces de l'ordre pour mâter, éborgner, blesser, arrêter, tuer des manifestants ou des simples passants. Forces de police et de gendarmerie qui, outre les instructions d'intervention violente (couvertes par la hiérarchie), sont minées par l'idéologie d'extrême droite ( en 2017, 44 % d'intentions de vote pour Le Pen et 4 % pour Dupont-Aignan).

Ce quinquennat n'a pas entendu le mouvement des gilets jaunes, qui continue depuis 67 samedis, ni le mouvement social contre ses réformes imposées au pas de charge, ni l'opposition aux privatisations des aéroports de Paris, de la Française des Jeux... il n'a pas voulu entendre car les promesses de la Macronie sont honorés pour les classes d'en haut (qui l'ont financé), celles du bas, les gens de rien, même en traversant la rue, il ne leur reste “rien”.

Le “coup du vote utile” pour 2022... ça sera blanc!

Son élection s'est jouée en 2017 sur un “coup du vote utile” face au spectre de l'extrême droite. Nombreux ont été les “attentistes” (dont moi) pour faire front au front lepeniste.

Elle a été battue mais le “nouveau monde”, promis et que la Macronie prépare est celui qui a élu Trump, Bolsonaro, Orban, Johnson... Et pour 2022, on assiste à une tentative pour créer le même rapport de forces et les mêmes personnages au second tour.

Si l'impétueux et hautain président se voit jouer cette même partition et est au second tour face à Le Pen, on peut dès maintenant se dire que son “coup de vote utile” ne passera pas... et probablement Macron ne sera pas réélu!

Dans ce cas de figure, que ce soit l'une ou l'autre, il me semble que la démocratie “du peuple et par le peuple” sera bien en danger et il est d'ores et déjà un des artisans.

* fossoyeur: - ... personne travaillant à la ruine de quelque chose.

Déjà, en février 2015... merci Large dans Siné Mensuel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux