ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

689 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 avr. 2016

Djibouti : contre le viol et l'impunité

Un groupe de femmes de Djibouti, résidentes en France et en Belgique, soutenues par Femmes Solidaires, a entamé, depuis plusieurs jours une grève de la faim pour dénoncer les actes de viol sur les femmes Afar par des soldats de l'armée gouvernementale. Ces dix femmes entendent faire connaître au monde l'impunité dont bénéficient les violeurs et appellent à la solidarité internationale.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 C'est dans la région parisienne, à Arcueil (Val de Marne) que dix femmes Afars se sont groupées depuis le 25 février pour « protester contre ces violences et briser le mur de silence érigé autour des viols. Ces crimes se déroulent à quelques encablures des bases militaires française, américaine, nipponne et chinoise ».

 Le peuple Afar, ce sont des habitants de ce qu'on nomme la Corne de l'Afrique, peuple dispersé entre trois pays, l'Ethiopie, l'Erythée et Djibouti. Les violeurs officiels agressent en tout impunité les femmes Afars et cette violence rejoint les directives gouvernementales où l’État encourage d’autres ethnies à s’installer sur les terres des Afars et à entrer en conflit avec eux.

 Le viol est utilisé comme « une arme de guerre » pour exercer pression sur les populations dans les plusieurs territoires en guerre. Ce qui se passe à Djibouti est un exemple de plus. Actuellement en période électoral pour les présidentielles, cet acte courageux de grève de la faim, mérite d'être connu et soutenu largement.

On se souvient de l'affaire Borrel, un magistrat français ayant été «suicidé» à Djibouti en 1995,  sur lequel ni Djibouti ni la France n'ont pas été très diligents pour faire émerger la vérité. On sait cependant, que le Juge Borrel, alors conseiller du Ministère de la Justice de Djibouti, avait eu à connaître les "trafics" attribués au neveu du Président de l'époque. Aujourd'hui, Ismaïl Omar Guelleh, devenu Président depuis brigue un quatrième mandat. Dans ces conditions, on ne peut pas compter sur la diplomatie et l'action du gouvernement français pour que les crimes de viol sur les femmes Afars soient jugés et poursuivis, mais on peut peut-être alerter autour de soi, notamment les élus susceptibles de s'engager. Sur 246 témoignages 20 plaintes ont été déposées, sans aucune suite pour le moment.

 Un hashtag a été créé et lancé sur les réseaux sociaux #stopviolsdjibouti et l’action est soutenue par les Femmes Solidaires et le comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité. L'une des actions possibles par toutes et tous facilement, qui semble rassembler beaucoup d'initiatives, c'est de se prendre en photos avec l'affiche et de leur envoyer.

 J'insère ici les liens: http://www.femmes-solidaires.org/?Contre-les-viols-par-l-armee et Contre les viols par l’armée djiboutienne et l’impunité : Grève de la faim de 10 femmes Djiboutiennes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB