« À l'insu de son plein gré » : le coup de balai...?

Sans trop y faire gaffe -?-, on dirait que le nouveau Président a réussi «à l'insu de son plein gré» le coup de balai ou le coup de pied dans la fourmilière des partis institutionnels de gouvernement...! Ainsi, si des nouvelles et nouveaux visages ont pris place à l'Assemblée, à coup sûr «à l'insu de son plein gré» des forces nouvelles de gauche se sont installées dans l'hémicycle.

Ceci ne va pas contrebalancer le poids «écrasant» des marcheurs mais dans cette 5ème République c'est tout de même une nouveauté que des forces à gauche du PC puissent constituer un groupe qui se fera entendre. Certes, les différentes versions qui se proclament de gauche ne sont pas unies (les variantes de la droite sont aussi en petites et moyennes portions) mais la représentation nationale (même si elle est minoritaire, aussi bien au gouvernement que dans l'opposition) a la légitimité du vote des électeurs qui ont bien voulu s'exprimer.

On n'est donc dans cette attente-inquiète face à un pouvoir qui nomme chef de file de ses députés un élu aux multiples talents mélangeant mutualité et profits familiaux; un exécutif qui préfère installer au perchoir un ex-candidat de la primaire PS-version écolo au lieu d'une femme écolo-en marche; un pouvoir qui facilite l'élection à la commission des finances du trésorier de la Sarkozie, ami des Bettencourt et des chevaux de Chantilly, le bradeur de la forêt du même nom...

On peut se féliciter d'une loi venant mettre un terme aux pratiques et mesures qui participent à la corruption de la vie politique, et qui cherche à contribuer à une certaine régénération de la vie publique. En revanche, un autre projet de loi sur la sécurité, vient questionner la volonté du gouvernement de privilégier la sécurité au détriment des libertés fondamentales. «Renoncer à l’état d’urgence est nécessaire mais n’autorise certainement pas à en faire notre droit commun», écrit au Président, Mireille Delmas-Marty, du Collège de France dans une lettre ouverte, sur le site du Monde.

Coup de balai: à la poubelle ou sous le tapis

Bientôt deux mois qu'il a été élu et le nouveau Président se prépare pour une première grande déclaration à la Nation depuis le Château de Versailles. Son statut, son élection lui donne le droit de réunir en congrès députés et sénateurs pour parler, à travers les élus qui représentent le plus large échantillon de citoyens-électeurs-votants.

Sans faire de procès par anticipation, et dans l'attente de ces différents moments qui s'ouvrent sur la vie politique française, on peut s'interroger dès maintenant sur les intentions -et les actes- du nouveau gouvernement concernant le sort des réfugiés, des mineurs isolés et des migrants en quête de papiers. L'exemple récent de l'expulsion des 200 Baras expulsés manu militari à Bagnolet démontre que la politique d'immigration et des réfugiés, incarné par un ministre ex-PS ne cherche pas davantage la régularisation ni l'accueil des migrants venus en France.

Le coup de balai... pour efficace qu'il soit sur les gouvernants et les clans des deux précédents quinquennats, paraît bien timide en rapport avec les besoins de rénovation de la vie politique française. En attendant de mieux saisir les mesures concrètes sur la politique économique et les décisions indispensables pour le devenir de la vie de la cité. La déclaration d'intention du Président aujourd'hui et la méthode de son premier-ministre, demain,  auront l'intérêt de ne laisser personne indifférent et fixer le cadre de nos engagements!

Résultat de recherche d'images pour "coup de balai dessins"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.