Morvan, ni service public ni service au public!

C'est une de ces petites tristes histoires, dans un département “défavorisé”, la Nièvre où une famille de retraités a été privée de téléphone. Du 10 juillet au 3 septembre l’opérateur Orange semblait être “aux abonnés absents” dans le Morvan, à Savault petite commune d'Ouroux. Incurie, incompétence, un service au public qui signe l'abandon des services publics? Peut-être un peu tout cela...

Et c'est une voisine qui explique l'isolement de ce couple de 88 et 91 ans, dans un courrier adressé au Journal du Centre fin août.

Suite à une panne le 10 juillet 2019, «Une nouvelle ligne a été demandée à Orange! Pas de problème en apparence. Une Box est envoyée et installée par les voisins. L’espoir renaît! Mais la connexion au réseau ne se fait pas.

Après une première intervention, ils ont pu recevoir deux appels puis plus rien. Après une seconde ils ont pu passer un appel, puis plus rien! À la troisième, l’intervenant annonce qu’ il faut mettre une nouvelle ligne. Mais c’était ce qui avait été demandé trois semaines auparavant! Orange dit pas de problème mais on ne perce pas le trou nécessaire au passage de la ligne! Un autre voisin fait le trou demandé. Orange donne un rendez vous cinq jours plus tard. L’espoir renaît à nouveau! Mais personne ne vient! Un nouveau rendez-vous est donné encore cinq jours plus tard mais personne ne vient et nous voici arrivés au 27 août et toujours pas de téléphone! Que feront-t- ils la nuit en cas d’urgence?

Durant cette période les appels à Orange furent quasi quotidiens, les interlocuteurs variés et pas toujours aimables!»

Finalement le 3 septembre le téléphone fonctionne. Une nouvelle intervention et “le technicien a cherché le boîtier téléphone qui est dans la maison, l’a ouvert, a trouvé quelque chose qui était cassé et l’a changé. Du coup, le téléphone fonctionne et inutile de tirer une nouvelle ligne… Sans commentaires” conclut une autre voisine.

Pour tout cela il a fallu que France 3 Bourgogne-Franche-Comté *https://youtu.be/3d3bYKfmqbI * diffuse un reportage. Le Journal du Centre aurait déjà abordé ce type de situations l'année dernière également au mois d'août.

Ce n'est pas anodin qu'au moment où la presse nous annonce une nouvelle séquence de suppression de postes dans les services publics, on assiste à ces négligences de service au public, dans les zones qui ne mobilisent pas outre mesure les opérateurs privés... Depuis novembre 2018 que des citoyens, avec ou sans gilets, expriment leur désarroi et leur refus des orientations politiques qui confinent à l'abandon des zones “moins attractives... et un peu vieillottes”!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.