Être ou ne pas être... Charlie!

L'incongru de la confidence d'Alain Juppé, sur Europe 1, m'a laissé perplexe : «Quand j’ouvre Charlie Hebdo, je ne suis pas toujours Charlie». D'abord je n'imaginais pas qu'il ouvrait Charlie Hebdo ensuite je pensais que pas une ligne de Charlie Hebdo ne lui correspondait. Erreur, à nouveau certains s'en approprient des effets de ce crime et clament même «je ressuis Charlie»!

 Au fond, être ou ne pas être Charlie c'est souvent, comme une marque, empreinte d'un discours d'opportunité, démagogique, qui continue à servir comme utilitaire, en forme de slogan!

Certainement que ces commémorations son nécessaires pour rappeler la détermination d'un pays à faire face au fanatisme religieux et au totalitarisme meurtrier. Et je pense que nous sommes surtout à l'heure actuelle dans le besoin de réflexion mais aussi de paix, de courage et d'engagement sur les valeurs qui cimentent le respect de l'Autre, de son avis, de ses convictions, voire de ses croyances. Cette attitude implique aussi, me semble-t-il de reconnaître que ceux qui ont tué, violenté ce qui fait communauté humaine, agressé les bases de la démocratie qui sont les citoyens, l'ont fait (et d'autres continuent de le menacer) au nom d'une religion, comme dans d'autres temps d'autres religions ou d'autres communautés.

Ce qui stigmatise ce n'est pas de l'annoncer mais de le nier, de l’éluder, de ne pas reconnaître cette origine. Ce n'est pas qu'une question sociale, des jeunes-paumés des cités, des échecs de l'école publique. Ce sont des jeunes de différents milieux, de diverses conditions sociales qui trouvent comme horizon d'engagement, de reconnaissance, la radicalisation dont une religion (en tout cas une de ses variantes) se sert. 

La laïcité c'est ce cadre qui nous permet de vivre ensemble, dans le respect des avis et des convictions, sans ingérence du politique dans la croyance des citoyens. La laïcité, est un principe dans l'affirmation des valeurs qui fondent la République, notamment celle de la liberté religieuse et de l'égalité et de la liberté de conscience pour chacun. C'est peut-être autour de ce principe que nous pourrons tirer les leçons de nos engagements et poursuivre la réflexion.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.