Un SDF à Lyon, Wauquiez dort dans sa bagnole !

Il faut du "culot" et il en a le Wauquiez ! Le pourfendeur des supposés 'assistés, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, va faire voter, ce soir, par son conseil, une décision lui permettant de se faire rembourser ses frais de logement à Lyon, puisqu'il habite le Puy-en-Velay. Cette indemnité «c’est pour qu’il ne dorme pas dans sa bagnole», selon son cabinet.

Ce qui pourrait passer pour une banale affaire d'intendance, où un élu serait indemnisé pour ses frais supplémentaires du fait de la distance entre son lieu de résidence et celui de l'exercice de son activité, prend tout un autre relief quand il s'agit du "chevalier blanc" Laurent Wauquiez qui a fait tout un discours enflammé sur les économies à engager au Conseil Régional en janvier 2016.

Un an plus tard, il semble avoir besoin de trouver une petite niche personnelle demandant une «indemnité de séjour» de 15,25€ par repas et 60€ par nuitée, contre justificatifs, bien entendu. Ses 8.231€ (brut) ne semblent pas lui suffire.

En pleine affaire Fillon l'attitude de M Wauquiez confirme la façon de faire de certains élus, qui se servent de leur légitimité électorale pour ses petits gains et intérêts personnels. Selon StreetPress : «Depuis un an Laurent Wauquiez demande des efforts budgétaires sans précédent à tous les acteurs associatifs et aux chômeurs de la région. Depuis un an, il se gargarise d’avoir fait voter une baisse de 10% des indemnités des élus régionaux et en fait un symbole de sa politique, sous-entendant, sans preuve, que les élus précédents abusaient du système. (…) Il y a un vrai manque de cohérence».

http://www.streetpress.com/sujet/1486494304-laurent-wauquiez-conseil-regional-augmentation

La cohérence chez ces «gens-là» leur importe peu, tant ils se sentent assurées de leur toute puissance et de leur impunité. L'affaire Fillon, à cet égard est exemplaire des petites (ou grosses) rentes dont certains élus constituent leur entreprise familiale, mais tout est légal...

Il s'agit bien d'une corruption de la démocratie et de ses valeurs. Ils pourront aussi venir plus tard battre un «Mea-culpa : «Pardon pour cette étourderie»!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.