ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

698 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 avr. 2020

Football Leaks, Rui Pinto “à moitié” libéré

Incarcéré à Lisbonne depuis le 22 mars 2019, le “hacker” portugais Rui Pinto, à l'origine du Football Leaks, mais aussi des révélations sur les affaires angolaises d'Isabel dos Santos, vient d'être libéré, le mercredi 8 avril, tout en restant assigné à résidence dans un local de la Police Judiciaire.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un double objectif dans cette ''détention à domicile'', protéger Rui Pinto car ses révélations ont déjà suscité un certain nombre d'investigations policières, toujours en cours, touchant des clubs de foot, mais aussi des cabinets d'avocats. Avec Luanda Leaks, il y a aussi des intérêts de certaines personnalités portugaises qui risquent de devoir s'expliquer sur leurs liens et affaires avec l'ancienne colonie, l'Angola.

D'autre part, le lanceur d'alerte (statut qui n'existe pas au Portugal) a accepté de collaborer avec la justice portugaise, aidant à décrypter les fichiers informatiques appréhendés à Rui Pinto lors de son arrestation en Hongrie (dont il a été extradé). La PJ portugaise estime que dans ses dossiers il peut y avoir des éléments qui pourront aider les inspecteurs dans diverses enquêtes visant la corruption dans le football, la banque, mais aussi le monde des affaires et de la politique.

Rui Pinto, 30 ans, est né à V.N de Gaia (la ville en face de Porto, de l'autre côté du Douro), est un autodidacte informaticien, diplômée en histoire et un passionné d'archéologie. Il se considère comme un ''lanceur d'alerte'' mais, pour le moment il n'est pas reconnu comme tel au Portugal. On notera toutefois que cette “libération” a été souhaitée par le parquet et la Juge d'instruction a fini par accepter ouvrant peut-être la voie à d'autres révélations sur la corruption dans le foot portugais et certains de ses supporters...

En Espagne, le trésor Public a pu récupérer, de la part de Ronaldo, la somme de 18,8 millions d'euros afin de mettre fin à ses poursuites dans le cadre d'un pré-accord. Jusqu'à maintenant la justice portugaise l'accusait surtout d'avoir piraté des courriels sans s'intéresser au contenu des faits dénoncés par le jeune “hacker”.

Rui Pinto, pourra voir sa famille (qui a l'autorisation de le visiter) et il restera “libre” mais sans la liberté d'aller et venir... Il est également interdit d'Internet.

C'est une bonne nouvelle. Pour le Portugal qui voit ainsi levé une pointe du voile qui couvre la corruption dans les milieux du foot (très populaire et influent au Portugal) *, mais aussi pour tous les militants engagés dans la lutte anti-corruption et défenseurs des lanceurs d'alerte.

Il y a un mois, le 4 mars, à partir des documents de Footbal Leaks, la police portugaise lance l'opération Hors-Jeu, où plusieurs clubs de foot portugais ont été perquisitionnés (Benfica, Sporting, FC Porto) mais aussi la société du très puissant agent de joueurs de foot, Jorge Mendes (notamment de Ronaldo) ainsi que l'avocat du joueur actuellement à l'Inter de Milan.

En février dernier, une soirée de solidarité avec les lanceurs d'alerte a eu lieu à la Bourse du Travail de Paris, où l'engagement de Rui Pinto a été souligné, notamment par son avocat français William Bourdon. Sa libération est saluée par ses conseils qui ont déclaré à la presse portugaise, «que d'autres mesures seront prises vers la liberté totale de Rui Pinto, dont les révélations ont déjà beaucoup contribué à la la lutte contre la grande criminalité, notamment dans le contexte des crimes économiques».

Certes des petits pas, mais “un combat qui rend fort” pour poursuivre la défense des lanceurs d'alerte et rompre l’omerta qui est imposée dans les affaires du ballon rond!

* Au temps de la dictature de Salazar, on citait souvent l'utilisation par le fascisme des trois F d'aliénation du peuple... Futebol, Fado e Fátima

** voir l'article de Yann Philippin du 27 janvier 2020:  Le lanceur d’alerte Rui Pinto annonce être à l’origine des «Luanda Leaks»

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat