La Révolution par l'Orange

C'est une coopérative fruitière “Le Galline Felici”, en Sicile, qui pratique l'agriculture bio depuis longtemps. Ils ont crée un consortium qui réunit, après douze années d’existence, une trentaine de producteurs et distribue ses fruits à plus de 10 000 familles à travers l’Europe. Un film-documentaire raconte leur aventure et leur engagement. Olivia Bernholc y travaille depuis 2016.

btywgcaummjczrbjk1wc

Serait-il une utopie de “cultiver” les relations pour un monde meilleur ? C'est en quelque sorte la question posée par ce documentaire, La Révolution par l'Orange, en cours de finalisation. Sa réalisatrice, Olivia Bernholc explique bien le ressort personnel qui l'a amené, depuis 2016 à prendre sa caméra: “Lorsque j’ai rencontré l’univers des Galline Felici, comme consommatrice, j’ai trouvé un terrain nourrissant mes désirs de création, au point que cette fois je saisis l’occasion rêvée de me réaliser.

L'évolution de son travail et sa prise de conscience dans l'agriculture biologique, dans la région de Catane en Sicile, amène Roberto Li Calzi, à s'éloigner de la grande distribution pour créer il y a quinze ans les GAS (groupes d'achats solidaires). Considéré initialement comme un “illuminé, un fou” il finit par trouver l'équilibre investissement/rétribution. Reconnu dans son engagement et ses choix, avec d'autres producteurs ils vont constituer un consortium “Le Galline Felici”. “Nous promouvons et favorisons la naissance et la croissance des groupes d'achats mais aussi des groupes de producteurs, même s'il sont 'la concurrence' car nous pensons que concourir signifie 'courir avec' et non 'courir contre'.”

Depuis plus d'une dizaine d'années une chaîne s'est constituée où producteurs et consom'acteurs œuvrent ensemble pour un rapport, certes marchand mais en dehors du circuit de la distribution industrielle. 
 Ils se nomment Corto en Ile-de-France, Court-Circuit Buëch à Veynes (05), Court Jus à Embrun (05), Givrés d’orange à Lille (59), et tant d’autres à travers la France.

Si à l’origine, chacun des nouveaux adhérents arrive pour la qualité des oranges, produites sans traitement et à mesure d’homme, les échanges se sont développés et d'autres fruits et produits sont maintenant commercialisés.

Ce film-documentaire veut témoigner, faire connaître, à partir de l’expérience de Roberto, la force de ces échanges et d’encourager d’autres producteurs et consommateurs à tenter l’aventure du circuit court. Donner des outils mais aussi rendre compte des doutes et des fragilités pour offrir aux générations futures des graines d’espoirs pour un équilibre durable, rendre compte que rien ne change vraiment si l’on ne s’y confronte pas”. Une démarche qui suscite des rapports humains plus complémentaires et harmonieux dans la réciprocité des besoins.

Nous traversons une période où on a l'impression, véhiculée par les diktats mercantiles, qu'on est impuissant et à la merci du pouvoir économique et financier. L'action de “LeGallineFelici.it” montre que d'autres voies, à petite échelle et de proximité, sont viables.

La Révolution par l'Orange veut participer à ce mouvement et Olivia Bernholc veut avec son film-documentaire montrer la force collective de cet engagement. Beaucoup d'initiatives locales, à dimension humaine, naissent et cherchent à se multiplier. Le faire savoir, le partager, le mettre en débat, susciter d'autres synergies, comme on le dit dans l'air du temps, c'est pour chaque citoyen une façon d'y apporter sa part... Dans ce sens il me paraît un projet qui mérite d'être connu et soutenu, si possible avec un coup de pouce!

https://www.zeste.coop/fr/la-revolution-par-l-orange


En Île-de-France:  https://www.corto-paris.org/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.