La clandestine

Le journal d'une enfant sans papiers, c'est l'histoire d'une jeune fille de quinze ans, arrivée en France en 1999 à l'âge de six, en provenance de Cabinda en Angola, ex-colonie portugaise, enclave riche en pétrole bien connue d'ELF pour son exploitation.Son père, militant politique, poursuivi, a du s'exiler avec sa femme, ses deux filles et son fils.

 

Le journal d'une enfant sans papiers, c'est l'histoire d'une jeune fille de quinze ans, arrivée en France en 1999 à l'âge de six, en provenance de Cabinda en Angola, ex-colonie portugaise, enclave riche en pétrole bien connue d'ELF pour son exploitation.
Son père, militant politique, poursuivi, a du s'exiler avec sa femme, ses deux filles et son fils. Il est venu en France où le statut de réfugié politique ne lui a pas été accordé.
C'est Loriane, deuxième de la fratrie, entre Linda et le petit frère João, qui écrit dans son “journal”, de noël 2005 à celui de 2006, un an de la vie de tous les jours d'une famille soumise à l'arbitraire administratif, aux craintes permanentes d'une arrestation par la police, aux difficultés nées d'une vie “sans papiers”, c'est à dire sans existence, sans reconnaissance, sans droit de dire, de demander, de rêver.
Et Loriane raconte ses attentes, ses désirs, ses déceptions, ses colères de ne pas être comme les autres, de ne pas pouvoir faire la sortie scolaire, aller au théâtre avec sa classe, répondre aux invitations des copines, pouvoir acheter les fournitures scolaires.
Comme sa grande soeur, Loriane est une bonne élève, veut réussir, veut grandir et devenir avocate dans le pays où son père a cherché refuge avec la famille et nous comprenons un peu mieux tout leur combat et leur courage pour attendre et pour déposer encore un dossier de recours administratif. Elle nous parle aussi de la solidarité, du parrainage républicain.

Livre à mettre entre toutes les mains, des collégiens et lycéens pour mieux connaître la vie de quelques uns de leurs camarades sans droit de parler; des parents d'élèves pour découvrir la crainte vécue par le petit voisin de son enfant; des enseignants pour appréhender l'autre facette de certains de leurs élèves; des fonctionnaires des préfectures pour voir autre chose qu'un dossier administratif.

Depuis juillet 2008 elle a “ses papiers” et a été admise en seconde dans un “bon” lycée parisien.

* *

(Loriane K. “Clandestine – journal d'une enfant sans papiers”, avec la collaboration de Christelle Bertrand, ed. Privé, septembre 2008).

CLANDESTINE. LE JOURNAL D UNE ENFANT SANS PAPIERS. - LORIANE K. - 2008

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.