Le jour où la gauche a signé sa “disparition” au second tour?

Je m’étais interrogé, en novembre dernier si l’annonce de Mélenchon ne signait pas le jour où la gauche avait perdu ? En suivant les déclarations de la Maire de Paris à Rouen, je me suis demandé si ce n’était pas le jour où la gauche a confirmé son “abstention” au second tour des présidentielles d’avril 2022.

Peut-être qu’abstention ce n’est pas le mot approprié, car les abstentionnistes sont considérés les “ignares de la politique”, or la gôche n’est pas ignare… elle voit loin !


Le président après avoir fait « joujou » des gilets jaunes avec son grand débat, fait du démago avec sa Convention citoyenne, son Ségur de la Santé, son Comité citoyen sur la vaccination, le Beauvau de l'opportunisme, son incartade Benalla “qu'ils viennent me chercher’’, son mépris du peuple avec “les gens de rien’’ ou son ignorance sur le travail “il suffit de traverser la rue’’, va d’oukase en diktat, de ministres choisis parce qu’attractions médiatiques à la justice ou à la culture, ou un petit mâle désœuvré  qui monnaye sa piètre influence politique contre une faveur sexuelle sans que cela questionne les gens du gouvernement. Président qui n’a pas ‘’moralisé la vie publique’’ mais contribué au clivage croissant de la société et dont les choix économiques approfondissent la précarité et l’exclusion sociale. Ce président caracole en haut des satisfactions chez ses sujets ‘’en marche’’ lui ayant prêté allégeance.


Ceci lui donne, à coup sûr, une place pour le second tour. Reste la question, et c’est qui l’autre ? Au vu du nombre de postulants ou de candidats affichés “gauche’’, il y en aurait à ce jour sept, ce qui me semble confirmer que le second tour sera sans leur “famille’’: ici en novembre 2020: Le jour où la gauche a “perdu”?


Et comme je ne crois pas au “miracle’’, le plus vraisemblable sera un “remake’’ de 2017 avec la dynastie Le Pen. Ou alors un transfuge des auto-nommés “républicains’’. Bref un second tour avec les différentes versions et nuances de la droite. Et s’ils se tirent dans les pattes c’est davantage pour leur écurie et intérêts économiques et sociaux que pour la construction d’une société plus juste, plus égalitaire, plus démocratique… Certes En Marche n’est pas le FN-RN (type Orban ou Bolsonaro...) mais la Macronie s’en approche pour des questions clientélistes notamment sur la sécurité, la justice, les migrants. En quelque sorte ils se tiennent par la barbichette..


Et là, non, leur second tour ce sera sans moi ! Je pense que tout citoyen épris de justice, d’humanité, d’intégrité, de démocratie ne peut pas participer à leur départage. Et nous aurons la responsabilité citoyenne de participer activement à cette campagne et à ce vote. 
L’abstention, pour engagée qu’elle soit, est un mélange de multiples raisons et prétextes pour qu’elle soit significativement un refus des candidats présents. 


Il me semble que ne pas participer à la mascarade que Macron et ses sujets nous préparent ce n’est pas de s’abstenir, mais d’aller dans les urnes déposer un bulletin blanc. Certes il n’y aura pas d’incidence dans le résultat des 50 voix plus une ! Mais aujourd’hui il est  compté et se  différencie des votes “nuls’’. Je pense que cela dépende de nous que l’élu, Macron, le soit avec le plus élevé possible de votes blanc. 
Les « gilets blancs » auront alors une légitimité pour alerter sur le détournement par la Macronie qui utilise la démocratie et dont le pouvoir s’en approprie.

EN IMAGES. Le premier tour de la présidentielle vu par les dessinateurs de  presse

merci Delucq pour ce dessin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.