Action symbolique à Paul Valéry (4)

Les enseignants et les parents d'élèves du collège-lycée Paul Valéry, pour ce cinquième jeudi de manifestation sur le boulevard Soult, Paris douzième, ont fait dans le symbolique.
Les enseignants et les parents d'élèves du collège-lycée Paul Valéry, pour ce cinquième jeudi de manifestation sur le boulevard Soult, Paris douzième, ont fait dans le symbolique.

 

Une fois encore, ensemble, ils ont dit les conséquences pour le devenir des collégiens et des lycéens des suppressions de classes, diminution de postes et, au-delà du nombre d'élèves par classe, tout ce que cela représente pour le futur de la communauté scolaire qui a terme risque d'éclater dans un établissement précarisé de l'est de Paris.

 

L'arrondissement où les “amis” du Président ont été battus aux législatives de 2007 et aux municipales de 2008 semble de ce fait marqué à l'encre rouge.

 

D'après la FCPE, c'est l'établissement de Paris le plus touché. C'est vrai qu'après avoir renvoyé le jeune Klarsfeld à ses “rollers” (c'était comme ça qu'il avait traversé le 12ème avant sa candidature), avoir refusé d'élire l'ex-UDF-ex-Modem-nouveau-UMP M. Cavada et Mme Lagarde, Ministre des Finances dont l'échec ne l'a pas empéchée de garder son “job”, on comprend qu'en haut lieu on ne soit pas indulgente avec les familles dont les enfants sont scolarisés à “PV”.

 

Et si la manifestation de ce jeudi était plutôt symbolique c'est que le rectorat est décidé à tenir, les vacances aidant à la démobilisation. La Proviseure en communion avec son ministre a même fermé l'établissement un jour avant les vacances.

 

Un voeu présenté par les élus de la majorité municipale a été voté le 14 avril lors du premier conseil de la Mairie du 12ème arrondissement : “[...]l'établissement Paul Valéry est un des établissements parisiens les plus touchés. Il perd dix postes d'enseignants et un poste d'encadrement des élèves. Nous soulignons qu'au lycée polyvalent Elisa Lemonnier, la filière des "arts graphiques" disparaît et la filière “mode” est restructurée, entraînant la perte de sept emplois de personnel enseignant”[...].

 

Une autre action symbolique avait réuni le mardi 15, enseignants, parents d'élèves, lycéens et élus autour d'une cérémonie signée les “parents d'élèves en colère” en défense de “l'école publique, laïque et gratuite, l'école de la République, tombée sous les coups d'une DHG [dotation horaire globale] au service de la gestion comptable de l'Etat”.

 

Sur le site http://fr.youtube.com/langederome on peut suivre les dix épisodes grâce à Isabelle Langederome, auteur, réalisatrice et mère d'élève.

 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.