ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

705 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2016

Angleterre: «Ils ont volé notre bébé!»

«Ils ont volé notre bébé», c'est le cri douloureux d'un jeune père à qui les services sociaux anglais ont retiré son enfant à peine né. «Effacer les parents biologiques», pourrait-on résumer ainsi le terrible et nécessaire documentaire présenté par France 5, le mardi 15 novembre sur Les enfants volés d'Angleterre. Réalisé par Stéphanie Thomas et Pierre Chassagnieux.

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Sous couvert de protection de l'enfance, une loi de 1989, voulue par Margaret Thatcher introduisait le concept ambigu de la «probabilité de maltraitance». Suite à des affaires de violence sur enfant avec des conséquences tragiques, une législation d'urgence est adoptée et une dérive s'installe. L'action sociale est passée de l'aide aux parents, à une politique d''abandon des parents en les transformant en suspects . Et ce sont surtout les familles pauvres, en difficulté, qui sont visées.

 Un des critères de familles à risque ce sont celles constituées par des parents ayant été eux-mêmes placés en famille d'accueil. Comme si le fait d'avoir été soi-même maltraité ou abandonné ne pouvait donner que des parents défaillants voire maltraitants. Comme si le fait d'avoir été élevés par une autre famille ne pouvait pas leur permettre de devenir parents aimants. Un potentiel de risque est ainsi diagnostiqué.

 On assiste à des jeunes mères célibataires qui partent, en France ou en Irlande, peu de temps avant l'accouchement, pour fuir les services sociaux. Une mère, à qui ont a retiré ses trois enfants s'est installée en France, a constitué une nouvelle famille, et a déjà accueillie une quarantaine de jeunes mères, venues accoucher et élever leur enfant pendant la petite-enfance en attendant de négocier avec les services sociaux anglais pour éviter que leur enfant ne soit pas placé à la naissance.

 Le documentaire nous montre un cadre judiciaire diabolique, s'apparentant à un système totalitaire, avec des services sociaux tout puissants qui ne font objet d'aucun contrôle ou contre pouvoir et qui vont jusqu'à fabriquer des pièces pour incriminer les parents: «blâmer des pauvres pour la seule raison qu'ils sont pauvres».

Un marché de l’adoption

 Ces enfants arrachés à leurs parents, toujours sans aucune préparation (parfois retirés à leur mère pendant la période d'allaitement), sont souvent pris par la police dans les écoles. Et si le soupçon concerne un enfant de la fratrie, c'est l'ensemble de la fratrie qui est placée pour être ensuite adoptée. Il s'agit toujours des adoptions plénières, c'est à dire que l'histoire des enfants et l’identité de leurs parents biologiques disparaissent.

 Une famille ayant perdu ses trois enfants du jour au lendemain et sans aucune forme de recours, s'est exilée en Irlande lors de la grossesse du quatrième. Les services sociaux l'ont pourtant poursuivie et la négociation a été âpre pour qu'ils puissent retourner chez eux au bout de quelques mois en s'assurant que leur enfant ne leur serait pas retiré. Pour cela ils ont été enfermés dans un centre, pendant cinq mois et demi où ils étaient surveillés et tous leurs faits et gestes étaient notés dans l'attente d'un faux-pas pour justifier l’enlèvement.Et comme il est dit à un moment donné dans le documentaire que «la loi de protection de l'enfance en Angleterre ne laisse aucune chance aux familles qu'elle a brisée».

 En effet, on est sidéré par cette « cruauté » dans la façon de traiter les parents et les enfants, des traumatismes de séparation et abandon ainsi provoqués. La pression à laquelle sont soumis les travailleurs sociaux, obligés de faire du chiffre, avec des primes au cas où le nombre d'adoptions progresse. De même que si le nombre d'enfants retirés n'augmente pas, les aides gouvernementales aux comtés sont réduites. La décision de Cameron de privatiser les organismes liés à l'enfance et notamment les services d'adoption, renforcera ces pratiques discriminatoires et mercantiles. Par ailleurs, les parents sont empêchés, sous peine de poursuites de faire écho de ce qui leur arrive et les journaux ne sont pas autorisés à faire des reportages sur ces affaires. Ce documentaire n'aurai jamais pu être fait par des journalistes Anglais.

On pense aux films de Ken Loach:  * Ladybird, Ladybird*, où une maman, Maggie, voit ses quatre enfants placés par une assistante sociale, suite à une dispute violente. Et, plus récemment son  dernier 'Moi,  Daniel Blake', qui décrit bien les sanctions appliqués aux personnes les plus fragiles.

 Après ce documentaire, on ressent une sorte d'impuissance devant tant d'arbitraire et de mépris pour la dignité humaine, dans un pays considéré civilisé et développé. Le diffuser et le faire connaître me paraît une façon de contribuer à rompre cette barrière de silence (Dreamway Productions).

* * Un  billet de bonne-voglie, publié le 15 novembre, annonçait cette émission les enfants volés d'Angleterre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema