Brigitte M. “sous-traitance” à Marseille!

Celle qu'on appelle la première dame, Brigitte Macron, est descendue à Marseille pour une visite privée, dont tout le monde en parle. Les sel-fies, nouvelle preuve de ralliement (?) et la photo avec le Maire en place, M Gaudin, pour privée qu'elle soit, fait les Unes. Déjà en décembre dernier Mme Macron s'était affichée aux Tuileries avec le “roi des forains”.

C'est pathétique cette “sous-traitance” au nom du mari-président et de son clan. Sans rire, son cabinet a communiqué: «Il ne faut pas voir dans son déplacement à Marseille un aspect politique. Ce n’est pas son échiquier».

La dame s'est présentée avec un des candidats 'En Marche' à la Mairie de Marseille, Jean-Philippe Agresti, doyen de la faculté de droit d’Aix-Marseille Université. Le délégué du mouvement Macroniste n'a été informé que par la presse, et le député en marche Saïd Ahamada, candidat déclaré aux municipales ne savait pas que Madame, dite la première, visitait les quartiers nord, où il est né et dont il est élu...

Sur la méthode, on ne peut que faire le rapprochement avec sa visite aux Tuileries le dimanche 23 décembre dernier, (le samedi il y avait les gilets jaunes...), à M Campion, dit roi des forains. Il s'était réfugié aux Tuileries (avec l'accord de la Culture, Mme Nyssen, tutelle du Musée du Louvre qui a autorisé le marché de Noël) car la Mairie de Paris avait mis fin à ses affaires sur les Champs Élysées. Et toujours la même petite intention, on ne sait jamais: “Vas-y Brigitte, ça peut nous servir!”

Le référent En Marche des Bouches du Rhône, a appris la visite par les journaux et a «appelé Paris pour qu’on me confirme que c’était bien une visite privée. Cela a été fait, dont acte». Le prétexte de cette visite était l'école de la 2ème chance. Soulignons les besoins criants des enfants et jeunes en situation de précarité dans l'école tout court et qui devait être celle de la 1ère chance, dont on connaît les difficultés et les réductions de moyens dictées par le gouvernement.

Tout ceci est d'une profonde banalité et affligeante médiocrité. Le hic c'est qu'il s'agit des personnages qui détiennent le pouvoir et utilisent la démocratie au bénéfice de leur clan. Il y a, me semble-t-il, un abus de pouvoir et atteinte au principe démocratique que le président, via sa représentante, participe de façon publicitaire au soutien des candidats de son mouvement.

Nous savons depuis quelques jours qu'un «maire qui sera réélu sans l'apport de La République en marche et du Modem sera un ennemi du président», selon le nouvel eurodéputé de La République en marche, Gilles Boyer, le 30 mai sur Europe 1. Et la Maison Élysée s'est lancée dans les soutiens sélectifs et manipulations bien dosés... Ce président qui se “gargarise” du Nouveau Monde est au fond friand des pratiques du Vieux...

Quelle belle brochette, quel coup de maître dans la conquête de Marseille. Un Maire sur le déclin (rappel de ses déclaration sur les deux immeubles effondrés en novembre dernier) et un coup de pouce au compagnon de son amie (Mme Roubache).

Le “mercato pour les Municipales” est ouvert, et la sous-traitante est En Marche!

Résultat de recherche d'images pour "brigitte macron et gaudin images"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.