Notre-Dame du Débat, priez pour moi!

[Billet "loufoque" et d'indignation!] J’ai tout fait comme il faut pour Notre-Dame de Paris. À ton tour, Notre-Dame du Débat, par tes prières, de me couvrir dans cette parenthèse de la laïcité! Et le 25 avril je t' apporterai des “œillets”...

Dès que l’incendie s’est déclaré, j’ai stoppé (avec soulagement) l’enregistrement de ma déclaration à la Nation pour faire état de mes décisions. Les sondages disent que le peuple Français a apprécié.

Je suis allé tout de suite sur le parvis pour voir l’état des dégâts et la faire émotion puissance larme, ce qui a fait une forte impression.

Le lendemain j’ai recommencé dans une déclaration solennelle à la télévision,  sans exagération mais il fallait battre le fer tant qu’il est chaud,  seuls les hérétiques ont commencé à s’agiter.

Le conseil des ministres a été consacré entièrement à l’événement. Le lendemain j’ai rendu un hommage remarqué aux combattants du feu (la Hidalgo a suivi pour se placer dans la course).

Mes amis Arnault, Pinault, Bouygues, Decaux, Bettencourt de l'Oréal… ceux de Total, ont été à la hauteur par leurs dons complètement désintéressés et surtout ils l’ont fait savoir haut et fort.

Ma légitime, la Brigitte, s’y est mise aussi et a même été à l’office à St Sulpice, la Hidalgo d’un côté, le Castaner de l’autre. Son émotion était évidente et tout le monde la radio, les journalistes l’ont reconnue.

Les “hérétiques” de la Semaine Sainte

Mais voilà, dès le lendemain les inciviques (beaucoup de vieux et quelques jeunes) ont voulu empêcher que les salariés de Total, EDF, Société Générale, antenne du ministère de l’écologie à la Défense, accèdent à leur travail sereinement. République des Pollueurs, crient-ils comme si j’étais leur Président… Ils avaient décrété, avant même cette tragédie nationale, faire ce vendredi 16 une action surprise pour dénoncer les collusions entre l’État et les pollueurs. Quel culot, un vendredi saint et en plein deuil pour la flèche de Notre-Dame de Paris.

Et samedi, les jaunes ont osé encore une fois, avec cette manie moderne des Séries, inscrire le feuilleton XXXIII (en plus ils l’écrivent en caractères romains, ça m’étonnerait qu’ils les connaissent) dans la prière de la veille de Pâques. À contre-courant du peuple français qui avait exprimé son refus de manifester ce samedi. Pas contents parce que “Je ne leur ai pas causé”, donnant la priorité à la pierre avant les gens, avec ou sans gilet. Ils ont essayé de prendre la République et finalement, Castaner veille au grain, ce n'est que Go Sport qu'ils ont saccagé, pour la République je m'en occupe.

Notre-Dame du Débat, jeudi 25 avril je vais leur dire tout ce que j'ai fait, et tout ce que nous allons faire grâce à toi: rebâtir Notre-Dame de Paris en cinq ans et quelques raccommodements sur des points lus sur leurs pancartes des ronds-points. À défaut de leur dire “je vous ai compris je leur dirai “je vous ai lu. Je sais que l'effet que j'avais prévu a fait long feu (si on peut le dire ainsi), mais c'est toujours moi qui commande et les horloges c'est mon domaine. Et on ne sait jamais, le 25 avril c'est la “révolution des œillets” et ça pourrait marcher! ...les Portugais aussi aiment bien Notre-Dame qu'ils appellent Notre-Dame d'Europe (la Une de Público, quotidien portugais).

 

* *

Du “bon usage”...

Après le “bon usage” du chaos, transformant les mouvements de rue en violences policières pour rameuter les voix dans son camp, voilà que le Macron fait aussi un “bon usage” de l'incendie appuyant sur la pédale de l'émotion, se donnant le titre de re-bâtisseur, laissant fuiter ce qu'il faut sur ses intentions pour clore la causerie, et laissant courir la semaine-sainte-solidaire grâce à ses amis et copains fortunés et la pub qui leur a été faite.

Et sans doute, pense-t-il faire “bon usagedu débat nationale. Ayant du modifier l'ordre initialement prévue, Emmanuel Macron a fixé une nouvelle date pour répondre à la crise des “gilets jaunes” : ce sera le jeudi 25 avril, à 18 heures. Selon le communiqué de la présidence le chef de l’État s’exprimera à l’issue du grand débat national ce jour-là et répondra aux questions des journalistes lors d’une conférence de presse au palais de l’Élysée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.