ARTHUR PORTO (avatar)

ARTHUR PORTO

Abonné·e de Mediapart

742 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 mars 2023

ARTHUR PORTO (avatar)

ARTHUR PORTO

Abonné·e de Mediapart

Macron aux forces de l’ordre, allez-y contre les ‘‘meutes’’!

Pendant que son ministre de la police fait castagner les manifestants contre la ‘‘bordélisation’’, que sa première-ministre s’exclame que les forces l’ordre ‘‘ont un devoir d’exemplarité’’, le président estime que s’il faut ‘‘apaiser’’ et ‘‘écouter la colère’’ des Français, il est clair que ‘‘Les meutes ne l’emportent pas sur les représentants du peuple.’’ En quelque sorte "allez-y"... sans tabou!

ARTHUR PORTO (avatar)

ARTHUR PORTO

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Circulez, il n’y a rien à voir le parlement a dit son dernier mot ! Il ne saurait mieux démontrer où il place les citoyens-électeurs...

D’ailleurs, si Macron cause dans le poste (TF1 et Antenne 2) à l’heure du midi ce mercredi, c’est que ‘‘En province, le retour au domicile pour la pause méridienne est une tradition, tout comme est une habitude le déjeuner devant le journal télévisé’’ (selon une source de l’Élysée à la Dépêche du Midi). C’est à la France profonde qu’il s’adresse.

Et Bésot le croque bien : ‘‘Macron veut s‘adresser aux ‘territoires’: hey, salut les ploucs !’’ /besot/blog/210323/ici

Le président joue avec le feu, tout en déclarant qu’il faut ‘‘apaiser’’ et ‘‘écouter la colère’’ des manifestants et de opposants à la réforme, ‘‘la foule’’, n’a ‘‘pas de légitimité face au peuple qui s’exprime souverain à travers ses élus’’.

Comme si la majorité de la population et un nombre important d’élus (278 sur 287) qui se sont exprimés contre cette loi ne recueillait que mépris et rejet considérés comme une banale ‘‘foule’’ protestataire. Sans compter le marchandage que l’exécutif a négocié avec les élus de l’autre tendance de droite... qui lui a permis d’éviter d’être battue.

La répression policière devient la priorité des forces de l’ordre. Et Préfet, ministre ou président sont indifférents à l’alerte de Claire Hédon, Défenseure des Droits, ‘‘sur les conséquences d’interpellations préventives...synonymes de privation de liberté’’. De même l’ONG de défense des droits de l’homme Amnesty International rappelle encore une fois que, depuis janvier dernier, on signale ‘‘le recours excessif à la force et aux arrestations abusives’’. Et peu leur importe que les syndicats d’avocats, de magistrats dénoncent des violences policières.

Et dans ce climat social le ministre de l’intérieur agite un autre chiffon, la loi sur l’immigration /loi-sur-l-asile-et-l-immigration-stoppons-ce-projet-repressif-et-stigmatisant, sans oublier son projet de liquidation de la police judiciaire la déplaçant de la magistrature où une certaine indépendance peut être soulignée et la soumettant au pouvoir des Préfets, aux ordres du ministère de l’intérieur. /reforme-de-la-pj-manifestations-d-enqueteurs-contre-les-amendements-cosmetiques-de-darmanin

Sacré Darmanin il est sur tous les fronts... On s'en souvient que ce ministre avait dit : «Je vous trouve un peu molle, Madame Le Pen» lors d'un débat télévisé en fév. 2021. Ce même ministre, lors d'un entretien au Monde (nov 2022) avait déclaré concernant les étrangers, sujets à devoir quitter le territoire français, que "le préfet veillera à leur rendre la vie impossible, ... en s’assurant qu’elles ne bénéficient plus de prestations sociales ni de logement social".

Nous sommes donc devant un ministre qui pense que même l'extrême-droite n'est pas assez "dure" et qui ose ordonner à ses fonctionnaires de "rendre la vie impossible" à d'autres êtres humains...

La Macronie est en marche et, -secrètement- Le Pen rigole et attend que le fruit tombe mûr sous son escarcelle... si nous n’y mettons pas fin!

Au Mans, mardi 21 mars 2023. Merci à JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.