Haro sur l'info... ou comment se “désabonner”

Il est compréhensible qu'un citoyen soit profondément choqué, voire en colère, lorsque chez lui, à l'heure du laitier, une perquisition policière a lieu. C'est “l'Humain d'abord”! Même légale elle sera toujours source d'indignation. Quand le perquisitionné, est un élu de la République, ex-et-futur-candidat à la Présidentielle, ses gestes, ses mots d'ordre, révèlent autre chose que l'indignation!

La façon dont JL Mélenchon a réagit et sa virulente mise en cause des médias souligne l'inacceptable qu'un député, élu dans le cadre des institutions, bénéficiant et de sa protection et de ses émoluments, vienne à les dénigrer et à appeler à “l'insurrection” pour contrer la recherche de la vérité sur une affaire où il est mis en cause et empêcher la perquisition de documents (ce qui ne l'avait pas défrisé quand il s'agissait d' élus ou responsables politiques d'autres couleurs que la sienne).

La perquisition n'était pas une décision arbitraire, elle était basée sur des faits dont le député était parfaitement au courant. Que le dispositif policier, l'opportunité des investigations, l'étendue des perquisitions puissent poser problème aussi bien à son mouvement qu'à la démocratie dans ce pays, c'est vraisemblable et tout citoyen a le droit de le contester. Ceci n'autorise personne et encore moins un responsable politique investit par le vote des électeurs à y faire obstruction.

L'exemplarité d'un élu auprès de la population est sa détermination à défendre l'état de droit par tous les moyens que la loi lui accorde, mais d'aucune façon par ses “coups de gueule” qui, outre qu'il sont inopérants, cela confirme les positions démagogiques et populistes, comme le prouve l'exemple frontiste.

Le “cirque” médiatique se nourrit beaucoup de ce qu'on lui apporte, des tournures d'esprit, des phrases assassines, des images volés ou des vidéos-selfies.... De ce point de vue, JL Mélenchon y contribue avec talent et détermination, tout un faisant mine de le dénoncer dès lors qu'il ne lui est pas “soumis”.

Image associée

Dessin de Camille Skrzynski

La plupart des moyens d'information (tous supports confondus), en tout cas ses mandants et ses propriétaires, ne sont pas des alliés voir plutôt ils sont des adversaires du chef du mouvement de la France Insoumise. Ils abhorrent les idées que JL Mélenchon dit défendre et dans lesquelles, sur une partie de son discours, beaucoup parmi nous peuvent se reconnaître, tout en restant insoumis aux vœux ou aux voix d'un quelconque gourou.

Dans ces différents moyens d'information il y a de nombreux professionnels intègres et compétents. Qui ne reçoivent pas d'ordres ni de leurs employeurs, ni des gouvernants, ni d'aucune chapelle ou “burô” politique. Les insulter dès lors qu'ils informent sur le bien-fondé d'un acte légal ou qu'ils soulèvent des interrogations sur le comportement ou le discours d'un responsable politique, est la manifestation évidente d'une atteinte aux valeurs de la démocratie, qui ne légitiment pas et qu'on ne peut pas opposer aux atteintes qui pourraient venir de la police ou de la justice.

La démocratie n'est pas la propriété d'un gouvernement comme elle n'est pas non plus celle de ses opposants. Et surtout la démocratie ne doit pas servir de marche-pied pour des élus qui, faute d'adhésion à leurs propositions, agitent avec “bruit et fureur” le drapeau de leur boutique.

Cela n'a jamais été une politique d'engagement citoyen d'appeler à “pourrir la vie” des journalistes ou à se “désabonner” d'un journal. C'est surtout le signe d'une incapacité de mobilisation, d'une “névrose politique” dont l'esclandre peut tromper plus d'un, voire même amener des citoyens à appliquer à la lettre les directives d'un caudillo. La politique de la Macronie exige d'autres mots d'ordre politiques et d'autres compétences de mobilisation.

Crier au loup parce que l'information nous déplaît est le propre du vent actuel d'inspiration totalitaire en Europe et dans le Monde. Le journal qui m'intéresse est celui qui ne transigera pas avec la liberté de parole et d'organisation face aux guet-apens de droite comme de gauche. Plus que jamais ce journal a besoin d'être soutenu.

* * Dessin de Camille Skrzynski [Camille Skrzynski * camille-blogbd.com/ ]

* * Et je voudrais souligner ici la pertinence de l'article de Fabrice Arfi Perquisitionné, Jean-Luc Mélenchon tord les faits et la République

* * * Sur une variante de "gauche": Le mercato de la “gôche”!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.