“Belote et rebelote”: saison 2 à Actes Sud

Nouvelle collection chez Actes Sud: “Guide des travaux sans Loi et sans frais... et sans peine”. Cette honorable maison d'édition avait déjà bénéficié des “négligences” du mari de Mme la ministre, sa présidente à Arles. Voilà qu'à Paris le couple Nyssen a aussi négligé la loi, ayant oublié de respecter la réglementation. Ce qui fait dire au Canard du mercredi “Actes Sud ne perd pas le nord”.

Résultat de recherche d'images pour "nyssen  business"   Lorsqu'en juin le Canard Enchaîné avait révélé les passe-droits des propriétaires d'Actes Sud à Arles, siège des éditions dans les Bouches-du-Rhône, Madame la Ministre de la Culture avait minimisé: il s'agirait de négligences et ce n'était pas de sa faute: «Ce n'est pas moi, c'est mon mari» ó l'indélicat! D'une façon tout à fait surprenante, Mme Nyssen avait dit qu’elle “regrettait cette négligence. Ce n’est pas une question politique et cela ne me concerne pas directement. Pendant les travaux Mme Nyssen était la Présidente de l'entreprise (jusqu'en mai 2017, date de son entrée au gouvernement). Dommage Madame que vous le considériez ainsi, car tout ceci concerne les citoyens.

Cette fois-ci le palmipède nous apprend que le couple patrons des éditions Actes Sud, en 2012, a fait agrandir de 150m² leurs locaux (de 320m²) dans le quartier des maisons d'édition dans le 6e arrondissement de Paris.

Outre le fait que les travaux non-déclarés son exécutés en toute illégalité dans leur entreprise d'édition, (un hôtel du XVIIIe siècle), ils contournent de ce fait l'administration fiscale.

J'avais, en juin dernier exprimé ma « déception »... “Elle aussi, comme les “autres”, madame Françoise Nyssen! dont la nomination avait été accueillie (en tout cas en ce qui me concerne) avec sympathie. Une femme dans la Culture, venue d'une maison d'édition dont je suis plutôt lecteur (et acheteur) de bon nombre de ses ouvrages, s’asseyait en 2011, sur le droit et la réglementation, pour faire profiter la petite entreprise familiale”. Actes Sud fait dans le BTP!

“Petites corruptions” de la démocratie!

Dès la rentrée du gouvernement apprendre cette nouvelle “négligence”, ne peut que confirmer combien le discours de “moralisation de la vie politique” de ce quinquennat corresponde bien aux passe-droits des précédents: Comment ça se fait que dès le mois de juin, la ministre de la Culture, le Premier-ministre n'aient pas anticipé ce que le Canard vient de révéler. Personne ne "gobera" l'idée qu'on ne savait pas!

Le sujet est somme toute banal (combien de passe-droits, de corruptions, d'une autre envergure et d'autres intéresses s'infiltrent dans le milieu politique) mais ils sont révélateurs de cette forme de “corruption de la démocratie” où les pouvoirs (politique, culturel,économique) s'en approprient pour leurs intérêts personnels au détriment du bien commun.

On apprend aussi que le jardin des Tuileries hébergera la foire de Noël, organisée par un personnage actuellement poursuivi pour malversations dont la Mairie de Paris avait interrompu son commerce sur les Champs Élysées. Le Jardin, est géré par le musée du Louvre, établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. Sachant la bataille qui se prépare de la part du pouvoir Macronien pour prendre place à la Mairie de Paris, on peut imaginer la volonté de Mme Nyssen d'être conciliante avec les marchands et marcheurs du temps... Mme la ministre va encore nous dire “Ce n’est pas une question politique et cela ne me concerne pas directement.

Résultat de recherche d'images pour "la loi c'est moi images"

...et on met dans le sac!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.