Les petites entreprises aimeraient que ce soit “clair et net...”

“Le virus est aveugle” si on peut dire, il se propage, tue et met à mal le Monde. Nous sommes tous concernés et à la crise sanitaire s’ajoute, et ce sera peut-être bien plus grave, la crise économique. En France, l'État a donné des facilités administratives, distribué des moyens financiers et soutenu beaucoup les grands groupes économiques. Et les petites entreprises comme “Clair et Net”?

Certes les grands groupes, qui emploient des nombreux salariés, qui contribuent au PIB du pays, qui innovent ou créent des emplois dans l'industrie, le commerce, les services... en ont besoin. Mais ces grands groupes ont aussi leurs banques, leurs assurances, leurs fortunes souvent au top, dit CAC 40 (avec parfois quelques facilités en portefeuille en Suisse, au Luxembourg ou ailleurs).

Ces entreprises savent manier (parfois manipuler) les chiffres, recourir à l'optimisation fiscale et les crédits leurs sont octroyés avec la garantie de l’État, dont le ministre de l'économie se réjouit.  Leurs réseaux sont souvent ceux du pouvoir économique et politique.

Pour les petites entreprises ont est loin de ces facilités qui fondent le système économique.

“Leurs” banques ne leur appartiennent pas et les regardent souvent avec suspicion, “on ne sait jamais s'ils sont aussi Clairs et Nets...”. On a beau leur montrer les résultats, leur faire savoir qu'on emploie plus d'un qui, sans une entreprise dont l'empathie accompagne les chantiers, serait toujours dans la galère. Et le moment des charges arrive, même si des délais sont aménagés, restent des charges et les créditeurs institutionnels restent près de leurs recettes...

Dans sa démarche professionnel, l'entreprise “Bati Clair et Net” fait de “l'insertion” car c'est avec des salariés motivés, qui en veulent, que l'entreprise sait pouvoir progresser et assurer la qualité. Et le patron le dit “Nous ne sommes pas une « entreprise d’insertion », mais nous sommes une « entreprise » et « l’insertion » est notre quotidien.

Pour Ali Larabi, qui se décrit comme “un musulman qui se prend pour l'abbé Pierre...” il croit, dur comme fer, à cette communauté interculturelle qu'il a constitué et formé, qui travaille la ferronnerie, le bâtiment en général et la démolition en particulier.

Depuis 2017 qu'ils “bossent” du côté de Toulouse et viennent de lancer une cagnotte solidaire pour essayer de tenir, en attendant que l'horizon s’éclaircisse un peu plus pour garantir le travail de leur équipe

https://www.leetchi.com/c/un-coup-de-main-pour-bati-clair-et-net

Probablement un “coup de main” peut aider leur projet... mais combien de “coups de main” aurons nous besoin de donner pour faire face aux difficultés de travail et de vie qui s'annoncent pour bon nombre de petites entreprises et d'artisans après cette année 2020 qui nous submergera encore pour bien longtemps !

Clair et Net

merci pour cette belle image au blog  *   Clair et Net

*  *  *

* * Et dans le premier commentaire une histoire « Claire et Net » de Lydie Camailhac...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.