Confi-j8: au-delà de cette limite…

Nous entrons dans la deuxième semaine ''empêchée'' pour cause de confinement. Et au-delà de cette limite… on suspend -un peu- la démocratie. Pendant que le "patron des chasseurs" dépasse les limites.Voyons voir !

Résultat de recherche d'images pour "au delà de cette limite"

Les mesures de protection, les gestes barrières sont nécessaires pour nous protéger et protéger les autres. C’est acquis, même s’il y a des oppositions, des incompréhension  ou des manifestations de désobéissance. On peut comprendre qu'il est parfois difficile de se confronter à une police qui depuis 72 semaines casse, éborgne, des manifestants sous prétexte qu’ils auraient un gilet jaune ou, à défaut, l’attitude qui va avec. [Voir à ce propos le billet Rachid BarbouchCoronavirus: Violences policières ?]

Respectez un mètre de distance, restez chez vous, respectez les consignes, au-delà de cette limite... votre ticket de sortie ne sera plus valable, rien ne sera autorisé... c'est qu'un ''virus peut servir un autre''.

Le président nous avait prévenu, s'insurgeant contre «l’idée que nous ne serions plus dans une démocratie. Qu’il y a une forme de dictature qui s’est installée. Mais allez en dictature!».

Non, on en n'est pas en dictature mais on n'était plus tout à fait en démocratie et aujourd'hui, quelques sons de cloche, via le virus, font courir le risque d'une atteinte à certaines libertés, aujourd'hui suspendues, et les mesures prises par l’exécutif, via la ministre du Travail, vient fragiliser (pour les salariés) le droit du travail, sorte de croche-pied anti-social.

La ministre a d'ailleurs refusé les amendements demandant d'inscrire dans la loi une date limite de validité pour ces mesures. Par une pirouette elle a affirmé que c'était ''une évidence''... et les ordonnances ont force de loi grâce à l'«état d'urgence sanitaire». Le président du Sénat a dû demander au premier-ministre (tous les deux de droite) que le ''Parlement puisse exercer son contrôle sur les modalités d’application de l’état d’urgence sanitaire'' Il y a donc un doute sinon un danger.

Au-delà de cette limite... le patron des chasseurs!

Résultat de recherche d'images pour ": Les chasseurs à l'Élysée"

Deux Présidents, celui de la République et celui des chasseurs

Et voilà que le patron des chasseurs, Willy Schraen, s'est bien inscrit dans la thématique ''Au-delà de cette limite... tout est permis'': «même pendant une crise majeure comme celle que nous vivons, l’écologie punitive continue son travail politique contre les ruraux et la chasse en général, en faisant le siège du ministère de l’écologie», et dénonce les «abrutis de l’écologie punitive, de l’antispécisme et des pseudos naturalistes»!

Pourquoi cette ''rage''? C'est que dans un premier temps, pendant le confinement, il donnait la consigne aux chasseurs de poursuivre, mais seuls, leur activité et a du dès le lendemain donner un contre-ordre à ses adhérents: «Je l’ai un peu mauvaise, un changement pareil en vingt-quatre heures, je ne suis pas une girouette!», proteste le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), selon le journal Le Monde du 20 mars 2020...

On pourrait se dire que c'est le franc-parler du président des chasseurs qui l'a fait sortir des gonds... d'autant qu'il se sait protégé car Macron est un ami des chasseurs. En réalité, le président de la République a pris des décisions très favorables, notamment la réduction de moitié du permis de chasse national qui est venu bouleverser le permis départemental et qui élargit l'espace géographique des chasseurs. C'est d'ailleurs lors d'une intrusion en réunion d'un lobbyiste, ami du Président, que Nicolas Hulot a démissionné de son ministère dénonçant notamment le lobby des chasseurs.

Et M Schraen en colère a joyeusement dépassé les limites, en se faisant menaçant : «Cette période troublée révélera les côtés les plus sombres de l’espèce humaine, mais ne rentrez pas dans la surenchère, nous réglerons tout cela après la crise».

L'écologie sous ce quinquennat était déjà bien lotie, le silence gouvernemental après cette menace de l'ami du président et patron des chasseurs, laisse présager des beaux jours à la chasse et à tout ce qui autorise le permis de chasse national...

 

* * Chasseurs : «belle» prise !

Au-delà de la "péripétie" et de l'éclat de la démission de Nicolas Hulot il y a cette victoire des chasseurs et des marchands d'armes à feu. Et le conseiller spéciale du président, «lobbyiste professionnel» le dit avec le langage chasseur: «Dans la série des trophées, je n'avais jamais eu l'espèce Hulot». 29 août 2018


Et sur la chasse plusieurs billets de Jean-Paul Richier dont

* * * Les chasseurs, espèce menacée ou espèce menaçante ?

La Fédération nationale des chasseurs (FNC) surfe sur une polémique autour d'une chasse à courre pour demander, sans rire, la dissolution des organisations opposées à la chasse de loisir. Son appel à la légalité est particulièrement cocasse quand on se rappelle les conduites des chasseurs, et plus particulièrement… - 29 oct. 2017 -

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.