“Vas-y Brigitte, ça peut nous servir!”

Il est malin le Marcel, après ses propos homophobes, sa déconfiture avec la Mairie de Paris,voilà qu'il invite Mme Macron dans son refuge-pré carré des Tuileries. Et pour la dame de l’Élysée, on dirait en service commandé: “Vas-y Brigitte, c'est bon pour nous!” lui aurait susurré Emmanuel, son légitime... pour essayer de gagner la confiance des forains et, qui sait, faire tomber la Hidalgo!

Résultat de recherche d'images pour "brigitte macron et marcel champion aux tuileries"

Dimanche 23 décembre 2018,  Marcel Campion en compagnie de Brigitte Macron

Comment comprendre qu'à peine deux mois après la révélation de ses propos manifestement homophobes, le roi des forains, Marcel Campion, ait invité ce qu'on appelle la première dame, ait pu s’exhiber et se faire photographier avec elle?

Deux personnages dans le calcul. L'un dans sa guéguerre avec la Mairie et ses déboires avec la justice, l'autre dans la tentative de séduire l'opinion (en partie en tout cas) pour qu'à la place des gilets jaunes (pas si loin d'ailleurs des affrontements parisiens) les gazettes et les JT étalent les visiteurs de choix d'un lieu populaire le marché, festif et dans la tradition chrétienne Noël.

Auparavant, l’Élysée avait donné les instructions, via sa ministre de la culture d'alors Mme Nyssen, tutelle du Louvre-Tuileries, pour que le roi des forains ne soit pas privé de son joujou, qui lui a toujours tant rapporté. Ce dimanche, grâce à Mme Macron, le “château” continue a donner des gages à M Campion qui veut se lancer dans la bataille pour la Mairie de Paris, pour se venger de la méchante Maire! Il n'a aucune chance mais ses voix seront les bien venues dans l'escarcelle du candidat en marche (M Griveaux, le porte-parole du gouvernement, semble très désireux..)

Mme Macron a donc fait l'effort de se mélanger au petit peuple, sans gilets jaunes et, “est venue en compagnie de ses petits-enfants déambuler entre les chalets et profiter des attractions malgré la pluie fine qui enveloppait la capitale”, écrit le Parisien dans son édition en ligne du 23 décembre.

Tout ceci est dérisoire, ces calculs mesquins des uns et des autres, ces petits-enfants en sortie avec la mamie qui les gardait ce dimanche, mais significatif de l'opportunisme et de l'indécence de s'afficher à côté d'un personnage qui n'hésite pas à mettre en cause avec un discours homophobe des élus de la Mairie, comme le démontrent ses déclarations à Valeurs Actuelles du 24 septembre 2018: “Quand je disais que «les homos sont pervers», j’ai ajouté «ceux-là», je parlais de ceux de la mairie de Paris, de ce clan de mafieux! Ils sont tous homos, c’est un réseau, tout le monde le sait, mais personne n’ose le dire”. Il aurait tort de se priver quand on sait les appuis sur lesquels il peut compter.

La chronique de ces faits-divers de la Macronie n'a d'intérêt que pour souligner les manœuvres, sous couvert de séquences bon-enfant, pour manipuler l'opinion et essayer de sauver un pouvoir aux abois en quête de légitimités de circonstance et d'occasion.

Résultat de recherche d'images pour "marcel campion et le pen photos"

En décembre 2017, Marcel Campion en compagnie de Marine Le Pen et de Florian Philippot

* * voir la séquence précédente... Le Roi des forains, “homophobe”, aux Tuileries!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.