25 avril * pas d’œillets pour Macron!

Pour un métèque venue de Lusitanie, le 25 avril est le jour de la révolution des œillets (en 1974). Savoir que le président Macron, pour conclure le grand débat national et la fabrique des résultats, causera dans les lucarnes le jeudi 25 avril, je me dis, “ah non, pas d’œillets pour Macron...”

Résultat de recherche d'images pour "oeillets rouges de la révolution images"  

Très naïvement, “serait un clin d’œil symbolique des œillets, la libération d'une dictature?” Non, nous savons comment ce 25 avril a été choisi. Après l'annulation de la prestation, du fait de Notre-Dame et qui devait être la surprise du lundi 15 avril, on cherchait une "bonne" date. Pendant la semaine sainte il fallait entretenir l'émotion, avec le résultat qu'on sait. Ensuite la séquence “désobéissance civile” à la Défense le vendredi et pour l'acte XXIII, samedi, des gilets jaunes où les méthodes d'encerclement à la République ont pris le dessus à savoir entretenir le climat de violence pour maintenir la pression policière. Et à Pâques rien d'autre pourrait se passer.

Le lundi de Pâques, initialement prévu pour la causerie, en deuxième main, n'a pas été retenu. Selon Anne-Laure Dagnet, de France.info, car les Français seront sur les routes du retour ou dehors plutôt que devant leur télé car il va faire beau sur une grande partie du pays”. L’Élysée a beaucoup étudié la question et “le choix s’est donc porté sur le jeudi, qui est un jour de pic d’audience en début de soirée”. On mesure la qualité de la réflexion communicante.

Mon truc sur la symbolique du 25 avril, révolution des œillets et vouloir associer cet élan populaire aux annonces présidentielles, du pipeau. Outre qu'il ne sait même pas où ça se trouve, surtout il n'a rien à cirer. Pour le président Macron peu importe s'il ne s'agit que d'une minorité qui soutien son action et sa détermination. C'est sa minorité éclairée qui devient de ce fait la pensée majoritaire à lui et consorts!

Et finalement son 25 avril, jour du pic d'audience, ça lui suffit. Cela commence à 18 heures, ensuite conférence de presse et à 20h tous les JT en plus des infos en continu ne parleront que de lui, de sa prestation et de sa performance (même s'il n'est pas prévu qu'il soit en bras de chemise). Après Notre-Dame des Cendres, Notre-Dame des Larmes (c'est selon) vient Notre-Dame du Débat...!

- Où est-ce que c'est l'E.N.A.?

Sa garde rapprochée a fait fuiter un certain nombre d'infos, histoire de mesurer la température de l'opinion publique, quelques correctifs seront faits aux mornes déclarations en trois temps du premier-ministre et sans doute quelques surprises fortes comme rayer de la carte l'école de mauvaise réputation chez les jaunes, l'ENA.

Les moins jeunes se souviennent de Gilbert Lafaille qui chantait en 1977 dans le Président et l'éléphant

"Est-ce qu'il a des enfants,
Ce monsieur Président?",
M'ont demandé mes enfants
En langage éléphant.
"Oui, bien sûr, il en a,
Et quand il seront grands,
Ils iront à l'E.N.A.,
Ils seront Présidents."

- Où est-ce que c'est l'E.N.A.?
- Où est-ce que c'est l'E.N.A.?
Est-ce que c'est loin d'ici?
Est-ce que c'est au Kenya?
- Mais non, c'est à Paris.
- Et Paris, où est-ce que c'est?
- C'est derrière la prairie.

Et dire que dans un élan anti-élite il veut la “supprimer” (en langage "éléphant" on dit structurer...) pour créer une autre, qui aura la même mission mais pas le même nom. Chapô!

Résultat de recherche d'images pour "oeillets rouges de la révolution images"

Et pendant ce temps-là...

nous assisterons toujours à la braderie des aéroports de Paris, à la déconfiture de celui de Toulouse; aux bénéfices faramineux des actionnaires des autoroutes au détriment de l’État; au méga-projet d'EuropaCity de la famille Auchan; à la fermeture des bureaux de poste au bénéfice de Franprix (en cours dans le 12ème arrondissement); à la pénurie et à la dégradation du service dans les Hôpitaux publics et à la diminution draconienne de personnel dans les Ehpads; à l'élimination des directeurs d'école et la récompense scolaire des écoles privées dans les projets du ministre préféré de Macron; au démantèlement des petites lignes de chemin de fer, à la construction dispendieuse et inutile des grandes gares TGV (comme à Nîmes); les juges des enfants de Bobigny et d'ailleurs qui dénoncent les conditions d'exercice de ce qui est supposé assurer la protection de l'enfance; les pesticides restent à notre menu; la corruption se porte bien, l'agrément à l'association Sherpa n'est pas renouvelé et l'anti-corruption se rétrécit...*; Mme Loiseau peut avoir été dans les juniors non déclarés de l'extrême-droite et Mme Le Gendre être nommée à la Française des Jeux, “ça baigne”

...sans compter les SDF, les jeunes migrants laissés sur le trottoir pour ainsi “effarer” la population ayant le sentiment d'invasion, le démantèlement du service public se poursuivant sous prétexte d'innovation high-tech et de dématérialisation administrative.

Mais, “se fâche le grand Président”, qu'est-ce que tout ceci a à voir avec cet élan démocratique, unique dans les anales des “algorithmes français” demandant moins d'impôts, moins de députés et des sénateurs, moins de taxes sur le carburant, moins de dépenses publiques, comme le gouvernement l'avait prévu?

Les citoyens, plus ou moins organisés, plus au moins confusément font savoir leur méfiance, leur désappointement, leur quotidien précaire et leur futur incertain. En cinq mois aucune réponse politique n'a pas été apportée, et après les cahiers de doléances, on nous prépare à sortir un faire-part de condoléances. La liste des résolutions pour nous amadouer, nous faire taire, nous "ordonner" fini la recrée.

Ce grand déversement de “paroles verbales”, dont nous vaccine depuis des semaines aura donc lieu ce 25 avril avec tambour et trompette et ça commencera par un éloge des forces de l'ordre, conspuez par des imbéciles qui ont crié “suicidez-vous”. Inadmissible et condamnable sans hésiter, mais il faudrait peut-être dire que les suicides dans la profession c'est aussi, en partie, révélateur des conditions d'utilisation de la police et de la gendarmerie par le ministre de l'intérieur, pour mâter la contestation et les journalistes.

Non, vous n'aurez pas “mes œillets” monsieur le Président! Et je pense que nous avons besoin de poursuivre cette prise de conscience collective et politique que votre politique est en train de faire émerger!

Résultat de recherche d'images pour "oeillets rouges de la révolution images"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.