La larme de Pérol!

Il est resté figé, accroché à la barre, sidéré même, quelques secondes (toujours longs dans ces circonstances), après que le président du Tribunal lui ai dit «le Tribunal vous déclare non coupable». Comme si l'indicible trouvait le mot inattendu.Et après l'accolade à son avocat, il pleurait. Les larmes de François Pérol étaient probablement sincères, celles d'un homme qui devant une épreuve s'écroule au moment de son issue. dessin de Nalair in http://www.nalair.fr/

Il est resté figé, accroché à la barre, sidéré même, quelques secondes (toujours longs dans ces circonstances), après que le président du Tribunal lui ai dit «le Tribunal vous déclare non coupable». Comme si l'indicible trouvait le mot inattendu.

Et après l'accolade à son avocat, il pleurait. Les larmes de François Pérol étaient probablement sincères, celles d'un homme qui devant une épreuve s'écroule au moment de son issue.

Résultat de recherche d'images pour "perol images"

dessin de Nalair in http://www.nalair.fr/

Sensiblerie mise à part, le verdict du Tribunal est le passage en force de la porosité, de la promiscuité, des arrangements entre le secteur public et le privé. Et l'avocat d'Anticor a bien résumé cette relaxe: «La loi a été malmenée, bafouée, on a fabriqué du soupçon et ce soupçon, c'est ce qui est au cœur de la crise du régime et c'est ce qui tuera la République», a commenté Me. Jérôme Karsenti.

Il n'était pas demandeur, c'est le Président qui l'a voulu, s'est-il défendu. C'est toutefois lui qui a mis en lieu sûr ses agendas, ses documents, «surtout ne pas laisser de traces des décisions prises». Il avait déjà contourné la commission de déontologie dans son précédent job comme associé-gérant de Rothschild.

Certes il n'y a pas de corruption, au sens premier du mot, mais il y a une sorte de corruption de la démocratie, utilisation du pouvoir démocratique pour imposer une oligarchie, dans son intérêt personnel ou/et de son clan.

Et si en mai 2012 nous avions été nombreux à voter pour une alternative au système ploutocratique de la Sarkozie, les paroles d'exemplarité du candidat-Président sont devenues des paroles-verbales, car François Hollande a trouvé un autre François, Brottes qu'il a mis à la tête d'une filiale de l'EDF dans un flagrant détournement des règles démocratiques, Moi Président, un Brottes exemplaire.

 *  *

À lire, l'analyse du jugement dans l' article de Martine Orange, http://www.mediapart.fr/journal/france/250915/proces-perol-un-jugement-cousu-aux-petits-points

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.