ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

715 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 nov. 2018

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Sarcelles cherche son “Maire”

Cherche Maire “désespérément” à Sarcelles, voilà la petite annonce qu'on ne verra pas sur le Bon Coin mais qu'on serait tenté, ironiquement, de souscrire, tant les péripéties municipales de la ville de Sarcelles (dans le Val d'Oise) suggèrent qu'on y songe. Un quatrième Maire pour une seule mandature, qui dit mieux?

ARTHUR PORTO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et pourtant ça «coexiste», œuvre de Combo à Sarcelles.

C'est la ville que DSK a dirigé (pour peu de temps en 95/97, 1 an, 11 mois et 11 jours), qu'il a légué à son adjoint au nom chantant Pupponi (qui l'a gardé pendant plus de 20 ans 1997/2017) et depuis c'est la “cata”.

Obligé de quitter son fauteuil de Maire, devenu député, c'est un jeune et prometteur, presque son dauphin, Nicolas Maccionni (PS) qui a été élu mais qui n'a tenu que six mois (sept 2017/mars 2018). Il a été “amené” à démissionner pour des “raisons personnelles et familiales”.

Casse-tête résolu, non sans mal, grâce à l'élection d'Annie Péronnet (PCF). Moins jeune mais aussi prometteuse pour la ville, grâce à son engagement politique et civique. Patatras, la nouvelle Maire a tenu sept mois et a également été “amenée” à démissionner le 19 novembre 2018, pour des “raisons de santé”.

Cette fois-ci le casse-tête trouvera plus rapidement une issue avec l'arrivée aux commandes (si on peut le dire ainsi pour être Maire de Sarcelles... après l'ancien) d'un autre camarade, Patrick Haddad (PS), adjoint chargé de l’éducation et nouveau président du groupe majoritaire socialiste et apparenté.

Mr le Député qui a toujours la main (ce qu'on comprend, “on ne lâche rien”) a affirmé, selon le Parisien, “J’aurais déjà souhaité qu’il succède à Nicolas Maccioni mais ça ne s’est pas fait. Cette fois-ci, nous avons réussi à le convaincre”. Pratique d'une démocratie “exemplaire” et pas très fair-play pour la Maire précédente, mais puisqu'elle est “fatiguée physiquement et moralement”..., (toujours selon le Parisien du 20 novembre 2018).

Mais ô surprise, deux jours après on apprend par la presse que Mr le député, ex-Maire et toujours membre du Conseil Municipal a été renvoyé en correctionnelle pour “abus de biens sociaux” et “faux et usage de faux ” dans une affaire concernant la SEM Chaleur (société d'économie mixte Chaleur), il aurait eu quelques libertés avec la Carte Bancaire de la société et des dépenses peu en rapport avec la chaleur des Sarcellois!

On ne sait pas si la Directrice de cabinet (Mme Chabé) du et de la Maire précédents, restera toujours en fonction, ce qui serait de nature à rassurer Mr le Député sur le bon déroulement de la politique municipale. C'est que M Pupponi a décidé de lever le pied se mettant “en congé de la vie municipale”.

Avec cet aveu touchant, rapporté par Romain Chiron dans l'édition du Parisien du 22 novembre 2018, “Ça fait deux ans que je ne veux plus être simple conseiller, mais on me retient à chaque fois par la manche. Je veux retrouver ma liberté”,  mais il n'est pas question d'abandonner “la vie politique sarcelloise, je reste député”.

Des mauvaises langues et esprits mal tournés se laissent aller pour critiquer les pratiques peu orthodoxes des subventions aux associations qui assureraient la bonne entente sociale dans la commune. La Chambre régionale des comptes (CRC), dernier rapport déc 2017, et les services comptables de la Préfecture de l'Oise (à supposer qu'ils jouent leur rôle), sont censés veiller au bon fonctionnement des finances publiques sans que les curieux d'Anticor aient à y “fourrer le nez”...

Et pour les démissions, par une pirouette, François Pupponi a trouvé le coupable... “La connerie, c’est le non-cumul des mandats”. Peut-être que la question de la “réduction des mandats dans le nombre et dans la durée” n'est pas adaptée à Sarcelles, va-t-on savoir!

Au fond, c'est une banale péripétie de la vie d'une commune, bien sous tous rapports, sans l'ombre d'une quelconque corruption! Et peut-être que l'exemple de Sarcelles est plus répandu qu'on ne le pense, les démissions en moins.

Inauguration en mai 2017, par François Pupponi, qui plante symboliquement le premier clou jacquaire de la ville, premier clou de tout le nord de l’Île de France, Sarcelles devenant une étape du chemin de St Jacques. Peut-être que la coquille lui portera chance, car le chemin ça va être long!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot