Le «délit de haine» de M Wauquiez

Au moment où les citoyens de ce pays mesuraient la gravité des conséquences de deux actes barbares et mortifères commis par des fanatiques religieux aux relents de violences fasciste, le président du premier parti d'opposition appelle à la création d'un délit d'incitation à la haine.

Résultat de recherche d'images pour "wauquiez dessins"

Dans toutes ses déclarations, ses prises de position politique, ses orientations, M Wauquiez, élu par les électeurs du parti Les Républicains, affiche toujours des convictions dans l'ordre de l'exclusion de ce qu'il nomme comme assistés, des pauvres, des immigrés, de l'Autre qui est différent. Tout ceux qui sont rejetés d'une vie digne et à qui on doit le respect à tout être humain.

Au moment où un homme expose sa vie, et on la lui vole, un « héros de la condition humaine » (dixit Mélenchon), le président des Républicains, a proposé de « créer un délit d’incitation à la haine de la République » ce qui revient à mobiliser ses troupes sur le terrain de la haine, de la violence, du rejet de l'autre. Ce qui revient à inciter les adeptes frontistes à poursuivre sur le mode du lynchage comme ce fut le cas ce week-end à la faculté de droit de Montpellier ou il y a quelques jours au Lycée auto-géré de Paris.

C'est aussi le moment où au nom d'une communauté, le président du CRIF utilise l'assassinat monstrueux d'une octogénaire juive, pour exclure tous ceux qui ne mélangent pas antisémitisme et sionisme, ceux qui affirment haut et fort la différence entre le racisme pratiqué par l’État d'Israël et le peuple juif.

Dans son blog du jour, à la Une du journal, Juliette Keating, écrit avec justesse que Les fleurs vénéneuses poussent aussi au printemps.   Ne permettons pas que l'incitation à la haine de l'Autre, pratiquée par M Wauquiez, empoisonne aussi les fleurs du printemps!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.