Mali: Wùlu ou le sort de Ladji!

C'est une des des révélations du cycle Un État du Monde et du Cinéma, initiative toujours très attendue du Forum des Images. Le premier long métrage de Daouda Coulibaly, un thriller réussi qui décrit le chemin généreux et aventureux de Ladji, un jeune de Bamako. Sur fond de trafic de drogue, sujet tabou au Mali... et en France!

L'histoire de Ladji est un concentré de l'acharnement au travail, de l'injustice, de la colère, de la solidarité familiale, de l'ambition pour réussir, des pièges du trafic de drogue, de la corruption...

Il y a tout ça dans Wùlu, le film de Daouda Coulibaly, qui ose aborder la corruption qui se nourrit du trafic « mondialisé » de la drogue, mêlant des trafiquants "coloniaux", des officiels (et haut gradés) du régime, des djihadistes et des jeunes en déshérence prêts à tout pour survivre et réussir. Dans la vie trépidante et le tohu-bohu de Bamako, Ladji (Ibrahim Koma), jeune rabatteur des minibus, devait devenir le chauffeur mais un autre, le neveu du patron, lui est préféré. Il a besoin de travailler, d'argent pour sortir sa grande-sœur de la prostitution (Inna Modja). Le chemin lui est alors ouvert. Il sait à quelle porte frapper pour faire le chauffeur, un vrai, et transporter des grandes quantités de drogue. Marché aussi dangereux que rentable.

Le film de Daouda Coulibaly nous tient en haleine, avec une grande maîtrise du temps, du rythme de Ladji, ses silences, son regard déterminé, sa présence auprès de ses compagnons d'aventure et sa persévérance à construire le mieux, le plus riche, le tape à l’œil, le superflu, le dérisoire pour sa sœur.

A chaque fois il faut aller plus loin et le réalisateur nous entraîne par touches dans les méandres de la corruption. Aussi bien le général de l'armée que le grand patron blanc. Ladji ne les intéresse que pour ce qu'il peut rapporter, à ses risques et périls!

Résultat de recherche d'images pour "wulu images film"

Présenté en avant-première au Forum des Images, Daouda Coulibaly expliquait qu'il voulait le raconter comme une fable. Son producteur, Eric Nevé, lui a suggéré une version thriller, et qui réussi à l'histoire. Il reste tout de même un film-conte, comme une séquence initiatique pour Ladji. Dans les cinq niveaux, en langue bambara, Wùlu est "l'entré dans la vie, avec l'attitude et les compétences nécessaires pour faire du monde un meilleur endroit". Mais Wùlu signifie aussi "chien", comme le dernier, celui qui ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs.

Pour faire ce film et à travers un récit de vie la réalité d'un trafic, il faut beaucoup de courage pour montrer ce que tout le monde connaît et que tout le monde cache. Et ce courage anime son réalisateur qui va présenter Wùlu dans un mois à Bamako.

L'intervention militaire française au Mali depuisjanvier 2013, n'a pas mis fin au conflit qui se poursuit. Le vrai sujet, selon l'auteur, est le trafic de drogue. Le sort des Ladji dépend, pour beaucoup, du combat politique à ce fléau, même si le djihadisme existe, car il en tire largement profit.

Le film n'a pas encore de distributeur. Il est toutefois un film nécessaire et sa projection auprès des jeunes Maliens et autres serait une contribution importante me semble-t-il, pour faire connaître la situation mais surtout donner des pistes de compréhension pourquoi doit-on quitter sa terre! Parlons-en autour de nous, la jeune équipe de Wùlu (et la jeunesse malienne) le mérite bien, et peut-être réussira-t-on à le faire connaître!

* * * Pour sa 8ème édition le Forum des Images s'était doté d'une alliée pour "marrainer": [18-27 novembre] Taubira, marraine de l’État du Monde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.