Le 555 d'à propos... sur Mediapart !

C'est un ami qui m'a écrit, “tiens tu arrives au 555”. Sans connaissances ou superstition sur la numérologie, je n'ai pas saisi sur le moment et après “ah oui”, voilà mon 555 billet sur Mediapart! “Quelques billets, quelques notes, pour partager mes interrogations, mes convictions et mes coups de sympathie, d'empathie ou d'indignation”!

Le projet à l'origine de Mediapart correspondait en quelque sorte à ce que j'attendais d'une presse indépendante mais engagée dans le tissu social et politique, ouverte à la discussion, au débat contradictoire, bref bousculant le lecteur et ses certitudes, avec le parti pris de ne pas tourner en rond. Le “participatif” présenté comme une innovation et originalité me convenait.

Intéressé depuis toujours par les questions de l'information et de la presse, je me suis abonné à Mediapart dès mars 2008, et saisi la possibilité d'y créer un blog. Et c'est très facilement que le titre m'est venu “à propos...” et le sous-titre me paraissait aller de soi, sur mes “intentions” bien modestes!

J'avais publié dans d'autres journaux en France quelques courriers, quelques billets, quelques articles dont un commentaire sur un film de Manoel de Oliveira. Comme c'est aussi mon nom, je ne voulais pas laisser penser qu'il y avait une parenté et, comme lui je suis de Porto, mon nom était donc trouvé. Je fais partie de ceux qui aiment leur prénom et je suis d'une génération où l'aîné des petits-fils prenait le prénom du grand-père. Voilà, mon pseudo c'est bien moi.

Ensuite c'est le “chemin” et, comme il me plaît à évoquer le poème d'Antonio Machado, “no ay camino, el camino se hace caminando” (il n'y a pas de chemin, le chemin se fait en marchand) et je chemine, comme je peux comme je sais, étant un chemineaux depuis fort longtemps!

Je n'attends pas de Mediapart ce qu'on est en droit d'exiger du bulletin de son parti, de son club ou de la feuille de sa chapelle, mosquée ou synagogue. Ce que je reçois de Mediapart m'aide à prendre, à trier, à choisir... à m'agacer parfois! Et cette expérience m'a beaucoup enrichi en amitiés, en connaissances (personnes et contenus) et en réflexions. Donc je poursuis...

Vu l'état du Monde avec les populismes qu'ils se nomment Trump, Netanyahou, Savini, Bolsanaro, Orban... aux relents fascistes, ou de la France avec un jeune président qui honore et sert les “donateurs” qui l'ont porté au pouvoir, et dont on peut questionner la maturité politique et personnel, écrire sur le chiffre d'un billet, n'a que peu d'intérêt et ne passionne personne. Sauf comme un clin d’œil à quelques uns de mes amis et à moi-même. Ce n'est jamais inutile de se parler et de se questionner: à quoi bon ce que je raconte...?

Image associée

Quelques billets, quelques notes, pour partager mes interrogations, mes convictions et mes coups de sympathie, d'empathie ou d'indignation ! [et le regard interrogateur de Mafalda sur le "Monde", selon Quino!]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.