Les bébés mouillés et le changement!

Comme chacun sait, «seuls les bébés mouillés aiment le changement» y compris les bébés Gaulois, au risque de contredire monsieur le Président. Et si le réfractaire était lui ? Car les bébés mouillés aiment bien changer... la couche. Alors que notre Gaulois de Président se montre «opposé» au changement indispensable pour améliorer l'environnement.

C'est dans l'air du temps, et un hebdomadaire à déplier titre même cette semaine «et si vous changiez de vie?». Mais déjà en 2012 on criait (et on se faisait même élire...) le changement c'est maintenant!  On a vu ce que cela a donné...

Résultat de recherche d'images pour "changement maintenant dessins"

Que le Président en exercice se plaigne à l'étranger, en comparant le peuple qui l'accueille, «pas exactement le Gaulois réfractaire au changement» est surprenant comme maladresse politique mais révélateur du fonds qui anime son action. Pourquoi pas changer de peuple...?

«Soyez spontané, changez» voilà le mot d'ordre que ce genre de tirade superficielle et caricaturale sur les supposés réfractaires suscite.

Et le triste sire, porte-parole du gouvernement qui se voit déjà en marche vers la Mairie de Paris, M Griveaux, justifie la tirade de son maître en disant, l'air consterné, sans rire : "Moi j'adore Astérix et je crois que les Français adorent ce personnage de BD. Si on ne peut plus manier l'ironie et la plaisanterie et si chaque fois un mot employé est décortiqué, instrumentalisé, on va tous faire de la langue de bois en chêne massif". Pour une plaisanterie ça manque d'humour...

En fait c'est quoi ce changement qu'on nous vaccine sans expliciter ce à quoi il fait référence : changer de chemise, de trottoir, de paroisse, de partenaire, d'enfant, de famille, de métier, de syndicat, de crémerie? Et s'il s'agissait plutôt en urgence de changer de personnel politique et, le moment venu, de Président?

Qu'il y ait des pesanteurs, des difficultés à se mettre en cause, à s'interroger sur ce qu'on fait ou ce qu'on pense, bien sûr et à tous les niveaux de la société. Les énarques du haut de leur savoir-diplômé ne changent pas, ne doutant jamais de leur science qui devient leur vouloir et qu'ils imposent. Comme les derniers de cordée du fait de leurs difficultés, de l'insécurité de leur devenir qui craignent qu'un changement (quel qu’il soit) les fragilise encore plus.

Résultat de recherche d'images pour "changement maintenant dessins"

En réalité, l'exemple vient d'en haut car le Gaulois qui préside aux destinés de la France est en effet réfractaire au changement. Selon son ex-ministre d’État, le constat est accablant sur le refus de changement: «La question fondamentale qu'il faut se poser : est-ce que nous avons commencé à réduire nos émissions de gaz à effet de serre? La réponse est "non". Est-ce que ce nous avons commencé à réduire l'utilisation des pesticides? La réponse est "non". Est-ce que nous avons commencé à enrayer l'érosion de la biodiversité? La réponse est "non". Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation d'arrêter l'artificialisation des sols la réponse est "non".» S'il était resté chez lui devant son transistor ce mardi matin là, il n'aurait pas osé dire, au pays du vélo, que les réfractaires au changement ce sont les autres!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.