ASD-Pro

association suicide et dépression professionnels

tours - france

Sa biographie
notre site: http://www.asdpro.fr Un salarié sur trois déclare éprouver une souffrance au travail. Les suicides et les dépressions professionnels qui parfois en découlent prennent une ampleur inquiétante. Les salariés confrontés à des organisations du travail délétères se disent démunis, seuls, et parfois se considèrent « coupables » de la situation. Ces situations déclenchent des troubles psychiques et peuvent notamment conduire à la dépression, voire au suicide. Or comme il s’avère souvent impossible de mesurer ou quantifier la part qui revient au travail et celle qui incombe à la sphère privée, cela conduit la plupart du temps à la négation des causes professionnelles ; le principe d’imputabilité est ainsi remis en cause. L’association ASD-Pro vise à agir avec tous ceux qui le souhaitent, pour établir le lien, au cas par cas, entre souffrance mentale et travail, lorsque cette souffrance conduit à la pathologie, voir la mort, pour des salariés. L’association ASD-pro (Association Suicides Dépressions PROfessionnels) accompagne, depuis 2008, les travailleurs qui souhaitent mobiliser le dispositif de réparation d’un préjudice de santé dû au travail, tel qu’il est prévu par le système des assurances sociales obligatoires : C’est la reconnaissance AT-MP. Asd Pro reçoit spécifiquement des demandes de travailleurs (ou de leurs ayants droits) ayant subi des dommages de santé dont ils imputent la responsabilité au « travail ». C’est ce lien de causalité que Asd Pro se propose d’aider à mettre en lumière et à formaliser pour le rendre recevable auprès des instances spécifiques (sécu ou administrations) ou devant les tribunaux compétents.
Son blog
10 abonnés Le blog de ASD-Pro
Voir tous
  • Harcèlement, suicide, souffrance dans la fonction publique. Du déni à la maltraitance

    Par
    Non contentes de nier les effets délétères pour la santé de leurs organisations du travail, certaines administrations y rajoutent des comportements qui constituent une véritable maltraitance. Les victimes voulant faire reconnaître leurs droits, les syndicalistes dénonçant ces atteintes à la santé, les lanceurs d’alerte ; deviennent des menaces, qu’il convient à tout prix de réduire à néant.
  • Suicides dans la fonction publique: l'organisation du silence et du déni

    Par
    les risques pour la santé mentale engendrés par les conditions de travail sont connus, et leurs effets sont visibles par l’accroissement constant du nombre de pathologies psychiques et de suicides en lien avérés avec le travail. Or si l’on retient les pathologies psychiques et les suicides « reconnus imputables au service » par l’administration cette réalité semble pourtant contredite. Pourquoi?