Blog suivi par 118 abonnés

Le blog de association GISTI

  • Rafle aux bains-douches en attendant le camp tout confort de la ville de Paris

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    Les jungles parisiennes se succèdent faute de structures d’accueil satisfaisantes, et le harcèlement de la police reste constant. Effets du dispositif de répression que l’Europe et la France mettent en place pour se préserver des personnes en quête de protection.
  • Frontex 2.0 : le bras armé de l’Union européenne se renforce et demeure intouchable

    Par | 1 commentaire | 5 recommandés
    Malgré les nombreuses critiques relatives aux risques de violations des droits émises par les Nations Unies ou les instances européennes de défense des droits, l’UE renforce son dispositif militaire de mise à distance de l'Europe celles et ceux qu'elle identifie à tort comme une menace : des hommes, des femmes et des enfants qui tentent de fuir la guerre, la persécution et la misère.
  • Violence d'État sur personnes étrangères : menace, intimidation, répression

    Par | 6 commentaires | 16 recommandés
    Le Gisti a décidé de porter devant le Comité contre la Torture de l'ONU ses très vives préoccupations sur les atteintes de plus en plus graves aux droits fondamentaux des migrants. Il constate en effet que l’État de droit a rarement été aussi déliquescent qu’à l’heure actuelle, contrairement aux affirmations de la France dans ses réponses aux recommandations et questions du Comité.
  • Les mineurs disparus d’Europol

    Par | 2 recommandés
    Il semble plus facile d’évoquer le chiffre d'enfants migrants « disparus » en Europe que celui des jeunes qui ont fait l’objet d’un refus de protection par un service de l’aide sociale à l’enfance ou un juge des enfants. Ce que l’on sait, c’est qu’au moins la moitié des 10 000 mineurs isolés qui demandent chaque année protection à la France se font éconduire dans ces conditions.
  • Réforme du code du travail : en finir avec les discriminations envers les étrangers

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    Des dizaines de milliers d’étrangers en séjour régulier ne peuvent occuper un emploi salarié sans avoir obtenu le sésame qu’est une autorisation de travail, privé⋅e⋅s de la liberté qu’a tout travailleur de changer d’emploi, de métier ou de région. Ils et elles sont menacé⋅e⋅s chaque année,de perdre droit au travail et titre de séjour. Pour eux aussi, une réforme du code du travail s’impose.
  • Vers une régression catastrophique pour la sécurité sociale des personnes étrangères

    Par | 2 commentaires | 5 recommandés
    Les décrets en préparation de la toute nouvelle réforme dite « Protection universelle maladie (PUMa) » vont empêcher l’accès et le renouvellement de l’Assurance maladie de 700 000 ressortissants étrangers pourtant en séjour parfaitement légal en France.
  • L’accord UE-Turquie, la double honte

    Par | 6 commentaires | 24 recommandés
    Après avoir livré les migrants aux passeurs et fait de la Grèce un piège à réfugiés en refusant obstinément de leur ouvrir des voies légales d’accès à son territoire et en entérinant la fermeture de la route des Balkans, l’Union européenne s’engage aujourd’hui dans un véritable troc de la honte.
  • À Calais, un bouc émissaire parfait : les No Border

    Par | 3 commentaires | 1 recommandé
    Chaque fois que les migrants osent protester contre la répression et l’humiliation qui leur sont faites au quotidien, dans le discours des autorités les « No Border » sont parfois tenus pour responsables des actes de violence, quand ils ne sont pas accusés de manipuler les exilés, ou encore soupçonnés de brûler des cabanes de la « jungle ».
  • Lancement de l’observatoire des conséquences de l’état d’urgence sur les personnes étrangères

    Par | 5 recommandés
    Le Gisti a entrepris de documenter les dérives de l'état d'urgence touchant en particulier les personnes étrangères.
  • Rafle dans un foyer : 20 travailleurs étrangers en risque d'expulsion faute de titre de séjour

    Par | 3 commentaires | 2 recommandés
    Sans aucune considération pour ces étrangers venus en France pour travailler, on utilise l’état d’urgence, sans hésiter à porter le discrédit sur l’honneur des habitant vivant en foyer de travailleurs, qui paient leurs impôts, leur sécurité sociale. Les valeurs dont le pouvoir se gargarise depuis le 13 novembre ne s’appliquent pas au foyer Marc Seguin (à Paris) et à ses habitants !