JUSTICE,INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE:ENCORE OPAQUES, ENCORE DESPOTIQUES

"La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration." ( Déclaration de 1789,article 15)

"La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration"(Déclaration de 1789,article 15).

La justice,rendue "au nom du peuple français",fonctionne dans l'obscurantisme et l'opacité.

Ainsi,le juge F.J.PANSIER,dont ma demande de récusation a été rejetée 08/03/2005 sans motivation,m'a condamnée 01/06/2005

sans motivation.Mais ,sur décision du conseil supérieur de la magistrature 18/11/2010 S186,il a été destitué (JO 16/03/2011).

La décision lui reprochait des faits de corruption-ayant perduré jusqu'en 2008-et de coopération à pornographie pédophile,

et citait un rapport de janvier 2005 de l'Inspection,faisant état d'un comportement alarment dès le début de sa carrière...

Mais le juge PANSIER collaborait avec les procureurs M.MOINARD et L.LE MESLE,proches de J.CHIRAC,Président de la République.

Le juge PANSIER avalisait les demandes de paiements de l'avocat B.CABRIT,qui me poursuivait au nom du "syndicat des copropriétaires",alors que je réclamais les justificatifs de fonds manquant à la copropriété (actuellement près de 300 000 euros,soit presque 2 annuités de charges courantes)...lanceuse d'alarme je suis prise comme "bouc émissaire"...

Le meme avocat "représenta", contre mes demandes de justificatifs,le syndic GIEP éconduit en 2008,puis le syndic TRANSIM démissionnaire en 2012:à l'audience en septembre,le juge J.D.LAUNAYs'écria:"Je ne suis pas là pour juger les syndics"

Les avocates S.LANGLAIS et S.CHARDIN ont aussi fait les "agents doubles",me "représentant" puis me poursuivant.

Les textes règlementaires instituant la "représentation obligatoire" placent les justiciables ni riches ni influents,leurs biens et leur tranquillité à la merci des avocats,vivant en symbiose avec les magistrats,à l'écart du public,et sous l'emprise de l'oligarchie politico-financière,via notamment le Président de la République (statut des magistrats:ordonnance n°58-1270,loi n°94-100)

et "ses"procureurs,controlant les avocats(loi n° 71-1130).

L'avocat (J.VEIL)ayant fait condamner J.KERVIEL à verser 4,9 milliards d'euros à la Société Générale,

était l'avocat qui défendait J.CHIRAC accusé de confusions d'intérets dans son accession à la Présidence de la République,

et finalement condamné en 2011 sur des faits antérieurs à son élection en 1995.

Pour des institutions transparentes,impartiales et démocratiques,est nécessaire le forum PERMANENT et public de débats inter-citoyen(ne)s que je préconise comme nouveau socle institutionnel (voir mon billet de 2014 au mot-clé Institutions).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.