Aurélia Talon
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juin 2010

Il y a foot et foot... ll y a Bleus et Bleues...

Aurélia Talon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'équipe de France féminine de football, catégorie moins de 19 ans, est devenue ce week-end championne d'Europe. Vous ne le saviez pas ? Vous n'en n'avez pas entendu parler ? Normal, ça ne concerne pas les 22 hommes-"sportifs"-millionnaires installés en Afrique du Sud, et dont nous sommes informés en direct des moindres faits, gestes et commandes au service d'étage...

Article initialement publié sur les site EnvieS d'eXPreSSionS

J'aime bien le football. J'ai grandi avec une passionnée dans ma fratrie, j'ai été moi-même une grande supportrice des Girondins, et du FCSM, durant toute mon adolescence. J'allais au stade quand je le pouvais, et j'y ai trainé beaucoup de mes amis.... Je suivais les matchs à la télé, à la radio... Je connaissais par cœur le parcours des joueurs que j'admirais le plus... J'ai quelques maillots, écharpes et bonnets... Quelque fois j'ai pleuré, parfois j'ai ressenti une joie immense, mais à chaque fois je donnais de la voix !

Aujourd'hui, je tout ça est parti. L'étape "supportrice-de-choc" était passée avec mon acné, mais je restais toujours une amatrice de football, appréciant d'assister à quelques rencontres et de visionner un bon match à la télé. Et bien ça, c'est fini, car aujourd'hui, le cadre politico-médiatico-financier dans lequel évolue le foot m'empêche d'avoir accès au jeu, comme un brouillard épais qui vous empêche d'admirer le paysage... Mais attention, là je parle du football médiatique, du "vrai" football comme disent certains ! Celui d'Adidas, de Nike, d'Umbro, de Coca-Cola, de Mc Donalds... Le foot de Canal+, de Téléfoot, de l'Equipe... Celui de l'UEFA, de Platini, d'Escalettes... Le foot des transferts, des millions d'euros, des parkings de stades d'entrainement ressemblants aux reportages de l'émission Turbo... Le foot des joueurs-acteurs-de-pubs-télé, des joueurs-aux-oreilles-greffées-d'écouteurs-de-DJ, des joueurs à qui ont rencontré la "femme de leur vie" dans le carré VIP d'une boîte de nuit... Vous voyez de quoi je parle ? Vous voyez le tableau ? Et bien moi, je n'arrive plus à distinguer les matchs qui se jouent derrière.
Dans ces conditions, plus possible pour moi d'apprécier ce football, tant l'univers social et les valeurs morales qu'il véhicule m'insupportent. Hier, j'en suis même arrivée à me dire que je n'allais pas suivre la Coupe du Monde de football : j'ai appris que les "vendeurs de rue", qui travaillent quotidiennement dans les grandes villes d'Afrique du Sud, ont été interdits d'exercer durant toute la période de la Coupe du Monde, pour laisser la clientèle aux sponsors de la FIFA, et pour ne pas polluer le paysage avec quelques pratiques non franchisées, non occidentales...
Donc j'ai décidé d'abandonner les "Bleus" et leur Grand Schtroumpf Domenech à leur sort, sans m'en soucier, sans m'en égosiller, car ce football là ne m'intéresse pas.
Mais heureusement, je connais l'autre football, celui qui n'est (presque) que sport, que compétition loyale et qui montre plus souvent ce qu'est le "fair-play"... Celui qui est un jeu d'équipe, et non un rassemblement de "stars" aux égos infondés... Et ce football là, il se montre les samedis ou dimanches après-midi, sur des pelouses plus ou moins "moquettes", bordées de quelques tribunes où s'installent quelques spectateurs, ou bordées de quelques champs où paissent quelques vaches... Les équipes qui s'affrontent sont composées d'amateurs, de semi-professionnels, ou de professionnels évoluant dans les divisions "basses".
Et là, on joue au foot. Plus ou moins bien, mais on joue au foot. On se donne, on transpire, on s'applique, on se fait plaisir, on pratique un sport.
Ce football là, il est pratiqué à tout âge, mais aussi "à tout sexe". Comprenez que le sport "football" se pratique aussi bien au masculin qu'au féminin. Si si, c'est vrai, même si "Titi" et "Jean-Mimi" ne vous l'ont pas dit ! Pour jouer au football, point besoin de barbe, de poils au torse, de testicules ou de glotte. Il suffit de deux jambes, de deux bras et d'une tête (si possible équipée d'un cerveau en état de fonctionnement). Ajoutez à cela un ballon, un terrain aux dimensions requises, deux buts, un arbitre et deux juges de touches : vous pouvez alors jouer au foot, peut importe le contenu de votre culotte !
Et pour ce qui est du la pratique du football que j'aime, les femmes ne sont pas en reste. Car lorsqu'en France vous êtes face à un match de football joué par des femmes, vous êtes assurément face à 22 passionnées, prêtes à beaucoup de sacrifices et d'épreuves pour pratiquer le sport qu'elles aiment. En plus des séances d'entrainement, des efforts physiques, des déplacements kilométriques, des investissements financiers et temporel, les footballeuses françaises doivent supporter le manque de structures d'accueil, les remarques sexistes, les brimades, les humiliations, les mises à l'index, l'absence de reconnaissance, etc.
Alors regarder un match de football joué par des femmes en France, c'est déjà assister à la victoire de 22 personnes qui parviennent à abattre des murs pour profiter de leur passion. Donc c'est assister à un match où l'on se donne, où l'on joue avec plaisir et envie, où la passion du ballon et du jeu transpire sans conteste...
Le football au féminin n'est pas développé ni encouragé en France. "Au mieux" on l'ignore, au pire on en parle dans des termes "sexuels" ("A quand des matchs joués en jupettes ?" pouvait-on lire dans la "bible" sportive l'Equipe dernièrement; "Et comment elles font pour l'échange de maillots ?" est la question la plus fréquente), au pire du pire on considère que "ce n'est pas du football"...


Mais loin des clichés, des préjugés, de la bêtise, des sponsors, des agents, de l'argent et des boîtes de nuit "garnies", ces demoiselles jouent le jeu, et les meilleures le font même vêtues du maillot bleu de l'équipe de France. "Nos BleuEs" parcourent le globe, dans l'indifférence médiatique française, tentant de rivaliser avec les meilleures équipes mondiales.

Et parfois, "nos Bleues" brillent, sans que leur éclat ne nous soit donné à voir : par exemple, ce WE, alors que tous nos journaux montaient une polémique autour de l'hôtel qui accueille l'équipe de France masculine de foot, l'équipe de France féminine de foot moins de 19 ans remportait l'Euro, en battant l'équipe d'Angleterre 2-1. La France est donc championne d'Europe de football-féminin-19 ans, mais les français ne le savent pas... Par contre, on sait si la chambre de Thierry Henry est équipée d'un écran plasma et d'une baignoire...

A croire que dans les médias, et dans notre société, la performance sportive ne s'admire pas à travers le résultat, mais s'évalue selon le chiffre d'affaire...
Alors, à tous les fans du télé-fric-foot, je souhaite une belle Coupe du monde.

A tous les autres je propose de découvrir à la première occasion le football "passion", masculin ou féminin.

Et pourquoi ne pas le suivre aux pieds de nos BleuEs, pour oublier la grosse tête des Bleus ? Si ça vous intéresse, rendez-vous le dimanche 20 juin, dans votre canapé, pour suivre sur la chaîne Direct 8 (TNT, câble, ADSL, satellite) le match qualificatif pour la Coupe du Monde "France-Croatie", dès 17h45. En direct de Besançon, ça vous changera de Johannesburg...
Allez les BleuEs !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin