Aurélia Talon
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2010

Ca vole bas...

Aurélia Talon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Burqa", "Polygamie", "Islam", "Nationalité française", "fraude aux allocations familiales"... Nulle part dans l'actualité on ne peut échapper à ces mots, et à leur association plus ou moins heureuse. L'atmosphère française devient étouffante, et ce n'est pas seulement le fait des températures estivales du moment...
Je ne fais pas référence dans mon titre à un quelconque nuage de cendres, clouant au sol les avions européens. Non, j'utilise cette expression commune pour parler du nuage de déclarations et d'affirmations grotesques, qui clouent l'actualité française au plus bas niveau...
Je ne comprends plus. Je ne comprends plus les ministres français, enfin certains ministres français, qui s'érigent en sheriff du pays, dégainant au moindre fait divers des affirmations abracabrantesques et des menaces invraisemblables... Ces ministres semblent tellement peu enclins à assumer leurs fonctions, préférant traiter des faits divers les plus médiatiques, affaires de policiers ou de juges, à coup de déclarations chocs. Comme si la fonction donnait un pouvoir absolu sur quiconque, faisant fit de lois et de procédures existantes, ces hommes se permettent des menaces aussi invraisemblables que celles du retrait de la nationalité française : mais la nationalité française n'est pas l'apanage de M. Hortefeux ou de M. Besson, elle ne leur appartient pas ! Elle appartient à la République française, qui a établit les règles, peut-être discutables, selon lesquelles la nationalité est obtenue et retirée, et il n'est en aucun cas prévu qu'un seul homme, qu'un Ministre, puisse en décider selon ses humeurs !
Nos élus sont élus, mais peut-être faut-il leur rappeler le sens de ce terme. Ils ne sont pas élus aux sens religieux, "matrixien" (dans le film Matrix un élu sauve la population d'une guerre contre les méchantes machines) ou "harry potterien" (Harry Potter est l'élu, le seul qui pourra vaincre le maître du Mal) du terme. Non, les hommes politiques sont élus pour accomplir des missions AU SERVICE de ceux qui les ont choisis, mais aussi de la population toute entière.
Petit rappel apparemment nécessaire pour tous ceux, si nombreux, qui ont pris la grosse tête, et qui se permettent de dire "on va faire ça" le lundi, "on va faire ceci" le mardi, sans même y avoir réfléchi, avoir consulté des conseillers, avoir échangé avec des spécialistes du domaine sur ce sujet, etc.
Je n'ai pas vraiment envie de rentrer dans les faits, tellement futiles. Je n'ai pas envie d'avoir à dire que conduire avec un voile intégral est très dangereux, parole "d'experte" dans le domaine de la conduite. Je n'ai pas non plus envie de faire des commentaires sur un sujet si complexe que la polygamie, de la comparaison avec "l'usage" de "maîtresses" (j'utiliserais le mot "amante", car si tant d'hommes avaient des "maîtresses" au sens premier du terme, peut-être que leur éducation serait meilleure...). Je n'évoquerai pas les blagues de photocopieuses que des mâles français, à qui l'on ne retirera pas la carte d'identité, font à toutes les pauses depuis ce lundi, expliquant les avantages d'avoir une femme et plusieurs maîtresse à leurs collègues hilares et leurs collèguEs lassées.
Je n'ai pas envie d'affirmer que nombreux sont ceux qui profitent illégalement des avantages sociaux, qu'ils soient barbus, roux, frisés, adhérents UMP, musulmans, auvergnats, enfants de résistants, fonctionnaires, etc. ; oui, de nombreuses personnes fraudes de diverses façons, et je pense que les contrôles devraient être plus strictes pour protéger ce modèle social français. Mais je n'ai pas envie d'en parler.
Je n'ai pas non plus envie d'évoquer les principes judiciaires selon lesquels lorsqu'une activité illicite est connue des services de police, elle doit être sanctionnée, et qu'apparemment on a attendu que M. Hebbadj (c'est le nom de l'homme que l'on vous présente comme le-mari-de-la-femme-arrêtée-à-Nantes-parce-qu'elle-conduisait-avec-un-voile-intégral-et-qui-est-accusé-de-polygamie) soit sous les feux de la rampe pour l'accuser de fraude aux allocations et de polygamie. Ni ceux selon lesquels on n'accuse pas un homme avant qu'il ait été jugé par une juridiction compétente, et qu'en France, on est innocent jusqu'à ce que l'on soit accusé coupable par une personne qualifiée pour le faire, et non par la rumeur, par des "journalistes", par des ministres-cow-boy ou par des policiers en cours d'enquête.
Et je n'ai surtout pas envie d'aborder cette question si compliquée qui me triture les méninges de la nécessité et du bien fondé d'une législation particulière concernant le port du voile intégral en France. Je n'ai pas la force de questionner cette société qui légifère sur tout, de la fessée aux vêtements, et ce gouvernement qui aime tant légiférer à partir de faits divers, sans s'attaquer aux vraies questions qui les sous-tendent, et en ignorant d'autres vides juridiques qui concernent quotidiennement tant d'individu. Je n'ai pas envie non plus de m'insurger contre ces lois que l'on fait passer "en urgence", "en force", en faisant fit des recommandations, des contestations, des avertissements, et en oubliant de bâtir une politique nationale claire, dynamique, constructive, et moins répressive.
Non, je n'ai pas envie d'aborder ces sujets. J'ai juste envie pour aujourd'hui de m'inquiéter de la si basse altitude à laquelle les plus hauts représentants de mon pays conduisent nos affaires.
Les conn***** (il fallait que j'utilise le terme qui est sur la langue depuis tout à l'heure) qui sont affirmées haut et fort par ces soi-disant intellectuels, sortis de grandes écoles qui apparemment ne bâtissent pas que de grands Hommes, le sont à propos de sujets si sérieux, si complexes et si importants ! Pourquoi ce gouvernement a-t-il le besoin de tirer ainsi vers le bas tous les sujets qui devraient être discutés intelligemment ? N'est-il pas à la hauteur ? Ne peut-il pas arrêter d'affirmer, de toujours affirmer, avec arrogance, tout savoir sur tout, ne jamais faire d'erreur, ne pas avoir à étudier quelque chose, etc. ? Se rend-il compte qu’à force d'une attitude pareille, c'est un pays tout entier qu'il alourdi, qu'il empoisonne, qu'il abaisse ? Est-ce la stratégie conçue par les têtes pensantes gouvernementales pour remonter dans l'opinion, pour préparer les élections ? Pour moi, le prix à payer de cette stratégie pour tous les français, et les non-français qui habitent en France, et bien trop lourd, quelle que soit le but visé. Et j'espère que nous parviendrons, nous-mêmes, citoyens, à redresser la barre, pour éviter le crash... J'espère...

Voir cet article et d'autres articles du même auteur sur son site : EnvieS d'eX-PreSSionS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi