Sandra, technicienne de surface, crie un appel au secours aux politiciens belges

Sandra, technicienne de surface, crie un appel au secours aux politiciens belges

Depuis onze ans, Sandra (ndrl : nom d’emprunt), 56 ans, travaille dans les titres-services dans la région du Grand Charleroi. Aujourd’hui, elle n’en peut plus de la situation : elle pousse un coup de gueule ! « Certaines techniciennes de surfaces sont en chômage économique jusqu’au 12 décembre alors que moi, je travaille dans une société où on continue à me faire travailler ».

« Je dois porter le masque tout le temps, tout désinfecter, certains de mes clients me cachent leur infection au COVID-19. J’ai déjà un certain âge, je suis fatiguée. Être comme on dit « femme de ménage » est déjà exténuant en temps normal mais alors là, avec la crise, ça devient intenable. Par amitié pour certains de mes clients, je ne me mets pas en congés maladie. Néanmoins, j’aimerais que le gouvernement soit plus clair sur la situation des femmes en titres-services. Soit tout le monde est à l’arrêt, soit tout le monde travaille mais ce deux poids, deux mesures est vraiment injuste ! Je suis en contact avec une dizaine de personnes par semaine, j’ai des petits-enfants ; j’ai peur de les contaminer et dès lors, je ne les vois pas.».

Aurore Van Opstal

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.