Pr Cotton : « Le confinement va se relâcher progressivement et sera prolongé »

Frédéric Cotton est professeur de biochimie médicale à l'Université libre de Bruxelles et chef de service de chimie médicale à Erasme et au LHUB-ULB. Face à l’épidémie du Coronavirus, il répond à nos questions sur le confinement actuel en Belgique lié au fléau de décès engendrés par le COVID-19 dans le monde. Interview écrite + audio de 9 minutes à la fin du présent article.

Le Professeur Cotton (ULB) : « Le confinement va se relâcher progressivement et sera certainement prolongé jusqu’au 3 mai voire au-delà ! ».

Que pensez-vous des mesures prises par la Belgique face à l'épidémie du Coronavirus ? Pensez-vous que le confinement se terminera le 19 avril ou selon vous, sera-t-il prolongé jusqu'au 3 mai ? Ou encore plus longtemps ?

Tout d’abord, je dois préciser que je ne suis pas spécialiste du coronavirus. Je suis chef de service de chimie médicale au LHUB-ULB, le laboratoire qui effectue les analyses de biologie clinique pour les hôpitaux Erasme, St Pierre, Brugmann, Bordet et HUDERF.

A ce titre, en qualité de membre du comité de direction du laboratoire, je fais partie de la cellule de coordination COVID-19 et je m’intéresse de près à la question.

Je pense que les mesures prises par la Belgique sont adéquates et que le confinement était inévitable, comme on le voit dans tous les pays. Ce qui a toutefois peut-être manqué, c’est une vraie politique européenne qui, on le voit, est quasiment inexistante. L’extension aurait peut-être pu être freinée si une prise en charge européenne et solidaire avait été mise en place dès le début de l’épidémie italienne. Mais on ne le saura jamais. Malgré quelques couacs, la Belgique réagit très bien à tous niveaux. J’ajoute que pour la durée du confinement, le 3 mai 2020 est certain et le confinement sera certainement prolongé au-delà …

 

Le Professeur Frédéric Cotton est chef de service de chimie médicale au LHUB-ULB Le Professeur Frédéric Cotton est chef de service de chimie médicale au LHUB-ULB

 

L’infectiologue Didier Raoult et ses équipes assurent que la mortalité est moindre à Marseille, grâce au protocole médical développé à l’IHU Méditerranée Infection où un protocole à base d’hydroxychloroquine a été développé. Que cela vous inspire-t-il ?

Les résultats du Pr. Raoult sont biaisés car il avance des chiffres de mortalité sur base d’un dépistage large et non ciblé. Le dénominateur est donc beaucoup plus grand qu’aux niveaux nationaux. On lit beaucoup de réactions en tous sens sur les réseaux sociaux quant à l’hydroxychloroquine mais en Belgique, tous les patients reçoivent ce traitement depuis le début et comme tout le monde doit hélas le constater, cela n’empêche pas les décès !

 

Suite de l'interview en audio : 

Itw audio de Pr Cotton (ULB) sur le Coronavirus - avril 2020

 

 

Propos recueillis par Aurore Van Opstal

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.