Lettre ouverte en tant que citoyenne : le peuple crie à l'aide !

COVID

Fatiguée, lasse. Sans rentrer dans les détails, des procédures judiciaires en tant que victime, des procédures de proches (suite à un assassinat), le télétravail continuel, l’enfermement quasi-permanent : mon quotidien en ces temps de Coronavirus est particulièrement pénible.

Mais quid des autres aussi. Bien sûr ! Quid de notre santé mentale à tou(te)s ? J’insiste. Nous sommes tou(te)s pris en otage par une gestion catastrophique de la crise sanitaire par nos gouvernements. Pas seulement les jeunes, pas seulement les plus âgés : ne rentrons pas dans des compétitions victimaires. Nous sommes tou(te)s confrontés à une réalité ahurissante : ce qui restait de nos libertés individuelles et collectives nous est interdit.

Comme mon père le dit : « Quoi de plus sympathique que de « refaire le monde » autour d’un verre » ? Oui. C’est bateau. Mais quoi de mieux, pour se détendre, qu’un verre en terrasse entre ami(e)s ? Quoi de plus vivant et stimulant que d’assister à des concerts, des représentations théâtrales, des spectacles ?

Quoi de plus gratifiant que d’échanger sur son lieu de travail avec des collègues satisfait de votre créativité ? Quoi de plus énergisant que de réfléchir à une meilleure dynamique d’équipe de visu ?

‘Ensemble’ chantait Pierre Rapsat. Oui ; que nous reste-t-il ? Les couples ne peuvent plus se rendre aux restaurants, aux musées, voyager afin de se retrouver. Les célibataires ne peuvent plus rencontrer, de manière fortuite, un(e) potentiel(le) compagn(e) lors d’une fête. Les solitaires ne peuvent plus déambuler dans les rues sans « raison valable ». Les étudiant(e)s ne peuvent plus se faire baptiser, s’engueuler lors d’une conférence débat et les élèves se voient contraints – comme si l’infantilisation par les jeux numériques n’était pas assez décourageante – à rester devant leur PC. Les indépendants sont désespérés. L’Horeca souffre grandement. Bref, je pourrais citer plein de cas de figure que cette « guerre » comme la nomme Macron génère comme catastrophes humaines.

sos

Le peuple devient fou. Il crie : « Au secours ».

Chers ami(e)s, je ne suis pas diplômée en sciences dures. Je citerai donc des gens qui le sont et qui ont crée un site nommé « Covid Rationnel » : « (...) nous nous trouvons en sous-mortalité globale depuis janvier 2021. Au cours des derniers mois, la mortalité Covid est sans commune mesure avec celle que nous avons connue en 2020. La maladie est de mieux en mieux prise en charge. L’impact de la vaccination (en particulier dans les maisons de repos) se fait déjà sentir, et complète celui de l’immunité partielle acquise par contact avec le virus. À cela, s’ajoute l’arrivée du printemps et ses effets bénéfiques sur la plupart des infections respiratoires et sur nos modes de vie ». (*)

Par cette modeste lettre, j’en appelle à la raison. Libérez-nous de ses chaînes qui engendrent une vague de suicides, de dépressions, de pertes d’emploi, de pauvreté, de misère humaine.

Si des politiques me lisent : je vous appelle à l’aide.

(*) https://covidrationnel.be/2021/03/23/23-mars-2021-communique-du-collectif-covidrationnel/?fbclid=IwAR0NxSDf3YW9SO946g5yKy0HnmWSaCtLsW6xHQJSCtqemNt6_kaUjVLp0mc

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.