Les mœurs des homosexuels sont-elles différentes que celles de hétérosexuels ?

La partouze qui a eu lieu en plein confinement à Bruxelles, impliquant des diplomates et un eurodéputé, a engendrée une grande polémique. On a voulu comprendre : y-a-t-il un rapport à la sexualité différent au sein de la communauté homosexuelle que celui qui existe sein de la communauté hétérosexuelle ? Rencontres.

Dans l’imaginaire collectif, les homosexuels couchent à gauche, à droite et sont plus libertins. Frédéric Dussenne, metteur en scène belge reconnu, estime qu’il s’agit « d’un stéréotype ». Il déclare : « La majorité des homosexuels a une vie parfaitement conventionnelle et passe, en conséquence, totalement inaperçue.  On n'en parle pas. La vie privée de la majorité de homosexuels, comme celle de tout un chacun, les regarde et ne passionneraient sans doute pas les foules ».

Sur les partouzes, il rebondit : « Quant aux parties fines, elles ne sont pas le fait des seuls homosexuels.  La Belgique de l'affaire Dutroux est bien placée pour savoir qu'en cette matière les gens les plus insoupçonnables peuvent s'y adonner et que ce n'est pas une question de genre. La question c'est le délit.  En principe, s'il n'y a pas d'abus de pouvoir et que le consentement est clair, cela ne regarde pas la loi, mais la personne ».

Concernant la « partie fine » polémique, il ajoute : « Le véritable souci ici est double.  Il y a d'abord le respect des règle sanitaires, qui est manifestement enfreint.  Il y a, ensuite, la question des stupéfiants. Mais surtout, si on en parle, c'est que des responsables politiques sont impliqués.  Et pas n'importe lesquels. Des représentant la droite extrême hongroise dont le fonds de commerce est un moralisme intolérant qui refuse aux homosexuels le droit de vivre, justement, la vie de tout un chacun. Il y a une ironie amusante dans la situation de ce pauvre député.  Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais … Vieux refrain.  On pense à Tartuffe : "Le scandale du crime est ce qui fait l'offense. Et ce n'est pas pêcher que pêcher en silence ».

Frédéric Dussenne © @Véronique Vercheval Frédéric Dussenne © @Véronique Vercheval

 

Samuel, 31 ans, vit en couple avec son compagnon à Courcelles (Charleroi), il nous confie : « La plupart des homosexuels sont très libertins et directs mais c'est pareil chez certains hétéros. A contrario, tous les homosexuels ne vivent pas des relations libres ». Il ajoute : « Par exemple, mon compagnon et moi sommes très jaloux l’un de l’autre et dans une relation exclusive. Cette idée que les relations homosexuelles sont plus « libres » relève d’une idée reçue : chez les hétéros, il y aussi beaucoup de couples libres et de tromperies ».

Frédéric Dussenne conclut : « Il n’y a pas de différences de mœurs entre les homosexuels et les hétérosexuels. Ce qui les différencie, c'est qu'ils appartiennent à une minorité.  Ça intrigue toujours, les minorités ». A bon entendeur …

 

Aurore Van Opstal

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.