Assassinat d’André Cools : les détails du « mystère »

Juillet 1991. Le politique André Cools (PS) est abattu par deux balles. Nous avons aujourd'hui les détails sur cet assassinat entouré de mystère.

Nous sommes à la sortie des années 80 et la police de Charleroi traîne des casseroles. Entre Georges Zicot qui est soupçonné d'être impliqué dans certains trafics de voitures et la complaisance douteuse dont profitera le « milieu », notamment sur les activités de feu Roger Dupuis, « roi de la nuit », l’image de la police n’est pas à son moment de gloire.

On apprend aujourd’hui que c’est un employé du Greffe, un certain Hendrickx qui aurait détourné cette arme laquelle était destinée à la destruction. Cet employé peu scrupuleux avait fait l'objet d'une perquisition au cours de laquelle on avait établi qu'il était en liaison avec Roger Dupuis surnommé à l'époque " Monsieur Charleroi ". Le répertoire téléphonique de Hendrickx mentionnait trois numéros attribués à Dupuis. Interrogé sur ces éléments, Hendrickx se bornera à déclarer qu'il avait rendu " certains services " à Dupuis.  Cette arme sensée être détruite avait été retrouvée Liège, dans l'Ourthe, et confiée à l’expert Mr. Tombeur qui établira qu'il s'agissait bien de l'arme ayant servi à tuer André Cools.  

André Cools André Cools

L’existence d’une « mafia carolo », 30 ans plus tard, continue à alimenter certaines conversations, a-t-on investigué suffisamment à l'époque sur le rôle possible de cette mouvance carolo par rapport à l’assassinat de l’ancien bourgmestre de Flémalle ? 

Rappelez-vous également : Roger Dupuis a été cité dans « l’affaire Dutroux » car c’est dans son établissement, « le Carré blanc » situé au Quai de Brabant qu’une dame digne de confiance affirme avoir croisé Julie et Mélissa sous surveillance d'un individu. Lorsque cette dame se retourne pour voir les petites filles de dos, le trio avait disparu juste en face du « Carré Blanc ». L'enquête menée à l'époque confirmera la présence d'une cache en cet établissement. Cette même enquête établira que cet établissement était fréquenté par plusieurs individus cités voire inculpés dans le dossier Dutroux.

Un peu plus de trois mois après l'arrestation de Dutroux, un restaurateur de Nalinnes, Michel Piro, sera abattu sur la parking autoroutier de Luttre. Dans les semaines ayant précédé ce meurtre, la victime avait pris différents contacts avec la famille Lejeune car il souhaitait organiser un repas dont tous les bénéfices devaient aller à l'asbl constituée très vite après l'arrestation de Dutroux. Lors du dernier contact téléphonique, Piro avait annoncé qu'il ferait, au cours de la soirée, des révélations sur le dossier Dutroux. Quelques jours plus tard, on le fera taire à tout jamais. 

De nombreux mois après, on apprend que deux suspects ont été arrêtés en France pour le meurtre de Michel Piro. Les deux suspects Patrick Verdin et Thierry Sliman feront plusieurs mois de prison préventive avant d'être acquittés faute de preuve. Un de ces deux suspects, Thierry Sliman est actuellement fortement soupçonné d’être « le tueur fou " des tueries du Brabant avec la complicité de son frère Xavier Sliman. Au cours des derniers mois, de nombreux articles de presse et autres reportages TV ont révélé l'existence de cette piste jamais exploitée comme il se doit. (ndrl : voir émission « Investigation RTBF » du 4 novembre dernier de nos confrères de la RTBF ). Il faut savoir aussi que Michel Piro avait un passé judiciaire très lourd notamment en matière de proxénétisme et autre coïncidence, il était grand ami avec...Roger Dupuis.

Au regard de tous ces éléments, on est en droit de se poser de nombreuses questions sur les liens entre ces différentes affaires criminelles.

Aurore Van Opstal

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.