Moix vu par Vignale : témoignage inédit

Dans "Orléans", son nouveau livre, Yann Moix, écrivain et ex-chroniqueur chez Ruquier dans « On n’est pas couché » sur France2, raconte les sévices physiques que lui auraient fait subir ses parents lorsqu’il était enfant. Nous vous proposons une série de témoignages d’anciens proches de Yann Moix. ...

Selon eux, Yann Moix est une « imposture », « un mythomane » et « un fou ». Après le témoignage du très controversé Paul-Eric Blanrue, nous vous proposons le témoignage de Frédéric Vignale, photographe parisien, qui a été proche de Yann Moix à partir de 1999. Stupéfiant. Le témoignage recueilli ici n'engage que Frédéric Vignale étant entendu qu'une version subjective sur un individu n'engage que celui qui la propose. Certaines allégations amenées ici étant invérifiables. 

 

« J’ai connu Yann Moix en 1999. Je suis devenu son ami et son webmaster. Puis ça a très vite tourné au vinaigre puisqu’il refusait de me payer alors qu’il exigeait sans cesse des modifications, des ajouts, bref cela demandait un véritable travail. Je me suite aperçu que Yann était un mangeur de talents : il suce les gens jusqu’à la moelle et les jette dès qu’il n’en a plus besoin, du jour au lendemain. Sans prévenir. Le soir vous êtes son meilleur ami et le lendemain matin, c’est fini. Il ne vous répond plus au téléphone. Sans raison. Il s’entoure de gens brillants qui ont des idées que lui n’a pas et les sert dans ses romans et films. Tous ceux qui l’ont côtoyé vous le diront. Il m’avait présenté à Christophe Dechavanne pour me faire faire de la télévision. En réalité, il désirait installer toute une équipe de gens autour de lui, sur lesquels il avait la main mise. Il tissait une sorte de nébuleuse « moixienne » dont il avait l’absolu contrôle. Car en cas de «désobéissance », il vous grillait dans tout Paris. Il a une capacité de nuisance énorme. Est arrivé ce qui devait arriver, Yann m’a fait viré du jour au lendemain de la télé où il m’avait pourtant fait rentrer car je ne servais plus ses intérêts. C’est un homme sans foi ni loi !

 

Nume%25CC%2581riser%2B%25281%2529.jpeg

Photo prise par Frédéric Vignale de Yann Moix le 2/03/2001. Le principe ? Un tampon « Alibi ART » (concept de l’artiste Thierry Théolier) sur des gens qu’on apprécie. Ce n’est pas une quenelle. La photo date d’avant le geste de la quenelle par Dieudonné. @Fvignale

 

En ce qui concerne son frère Alexandre, Yann est un obsessionnel : quand son frère a sorti son premier roman, Yann a tout fait pour le faire passer pour un taré, un jaloux, afin qu’il ne passe pas à la télé. Il a tout mis en œuvre pour qu’Alexandre soit blacklisté.

Il avait fait de même avec moi quelques temps plus tôt en me faisant passer pour un mec violent et d’extrême-droite alors que mon journal culturel sur internet (ndrl : journal « Le Mague ») est de centre gauche… Un comble quand on connaît son passé !

 

 

yann-moix-dieudonne.jpg

Yann Moix discutant avec Dieudonné

 

Avant, Yann était un grand fan de la « galaxie Dieudonné » : Dieudonné évidemment mais aussi Alain Soral, Marc-Edouard Nabe, etc. Il avait des contacts à « Radio Courtoisie » et même au Gud selon certaines sources. Or, il courtisait BHL, par ailleurs ! De fait, en France ; il est inattaquable car BHL le protège. C’est que très certainement BHL connaît mal son poulain… Rendez-vous compte : Yann a humilié une policière sur le plateau d’Ardisson lors de la dernière saison, elle s’est suicidée quelques semaines plus tard et il s’en est sorti blanc comme neige !  N’importe qui d’autre aurait eu des soucis avec la justice…

Avec les femmes, Yann n’est pas toujours très clair non plus. Dans son film « Cineman », j’ai appris qu’il avait engagée l’actrice Lucy Gordon car il voulait coucher avec elle. Mais sur le plateau, Lucie est tombée amoureuse d’un technicien. Yann ne l’a pas supporté et a mis une pression morale de dingue sur elle. Elle s’est suicidée peu après. Là encore, il n’a pas été inquiété. Il n’est sans doute pas directement responsable de cette mort mais il n’est pas loin du drame… Vous connaissez Maïwenn ? L’actrice française. A un moment donné, il était obsédée par elle. Ça n’a pas fonctionné comme il le voulait, semble-t-il. Il fonctionne comme ça Yann, c’est le chantre de la cristallisation amoureuse. Beaucoup de femmes m’ont dit avoir eu des soucis de comportement avec lui, mais jamais aucune plainte.

Certes, Yann a des capacités autistiques phénoménales : une mémoire extraordinaire. C’est un type brillant. Mais paradoxalement il est très lâche physiquement. Il ne supporte pas l’affrontement physique : même une petite tape lui fait horriblement peur. Dans les années 2000, alors qu’il était plus rond, il a sans doute pris des substances illicites pour maigrir et tenir le coup dans l’écriture. Et il osé dire un jour : « Benoît Poelvoorde ? On ne peut pas lui faire confiance ; c’est un drogué ! ». Yann est un gars très doux mais en même temps taraudé par des perversions, je ne suis pas psy mais je pense que c’est une sorte pervers. Cette perversion nourrit son personnage littéraire et médiatique, formidablement bien. Et la notoriété et l’argent ne l’ont pas soigné.

 

107126416.jpg

 

Alain Soral, Marc-Edouard Nabe et Yann Moix à un vernissage d'art à Saint-Germain à Paris

 

Yann a des comportements étranges, il porte en lui une sorte de dangerosité difficile à définir, c’est un grand névrosé, au minimum. Cela me fait mal au cœur pour ses parents et son frère, Alexandre. Je pense qu’il a fabulé ces fameux sévices d’enfance pour jouer la victime littéraire, se donner le beau rôle. Yann s’intéresse au sort des migrants maintenant. La bonne blague ! Il s’en est toujours foutu ! D’ailleurs, chez lui, c’est très grand : il a deux étages ; il pourrait accueillir des migrants s’il voulait. Donne-t-il une partie de ses cachets pour cette noble cause opportuniste ? Non. Il en fait pourtant un film sur ARTE pour lequel il a du être payé, non ?

Yann a longtemps véhiculé une posture d’antisémite littéraire. A une époque il avait cette posture intellectuelle, ce n’était pas une idéologie, juste une posture. Il rêvait d’être le nouveau Céline.  Plus jeune à Sup de co, il publiait paraît-il des dessins et des textes très limites sur BHL et des années plus tard il est devenu son ami, son protégé. En fait, il a un fond « raciste » car le racisme c’est aimer ou détester quelqu’un pour sa « race », lui fait les deux admirablement. Yann, il doit détester ou admirer pour se sentir exister, ça le rend vivant.

C’est un génie de l’opportunisme. Il a une volonté farouche de marquer l’Histoire : il rêve d’écrire le « J’accuse » de Zola. Il ne vend pas assez de livres alors il cherche le buzz médiatique comme il le fait là avec son dernier livre « Orléans ». Il veut être le nouveau phénomène médiatique de la rentrée, que son livre soit en tête de gondoles et qu’on ne parle que de lui. Il va y arriver car c’est un grand tacticien, un sublime stratège. Il a une forme de génie indéniable qui fonctionne bien avec l’époque. Il a été trop loin. Quel gâchis… En une lettre ouverte, Alexandre Moix entre en littérature (ndrl : lettre d’A. Moix dans Le Parisien1 )  et Yann Moix en sort !».

 

 

Propos recueillis par Aurore Van Opstal

 

1http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/mon-frere-ce-bourreau-la-lettre-d-alexandre-a-son-frere-yann-moix-24-08-2019-8138721.php

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.