nantes révoltés , un groupe à suivre

"" Ainsi commence le fascisme .... ""

https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee/photos/a.336512019718311/4375611195808353/

Nantes Révoltée·

☠️QUELQUES JOURS DANS LA FRANCE PRÉ-FASCISTE

« Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C'est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l'expulser. » Françoise Giroud

Le mercredi 8 septembre : la presse découvre une affaire datant du 26 août car la direction de la police a décidé de ne pas communiquer dessus "afin de ne pas créer la panique". Un jeune néo-nazi de Rouffach (près de Colmar) avait été arrêté chez lui en possession de quatre bombes artisanales à l'uranium, dont trois prêtes à l'emploi. Les enquêteurs retrouvent également sur place un costume intégral du KKK, et une sélection de croix gammées. En dépit de son potentiel sensationnel, cette histoire ne fera aucun titre national.

 Le Jeudi 9 septembre : Une dizaine de militants fascistes viennent attendre le militant antifasciste Raphaël Arnault, à la gare. Il s'en sortira avec l'arcade ouverte. Le même soir, un groupe de plusieurs dizaines de fascistes défile dans les rues de Lyon dans le but d'en découdre. La veille, toujours à Lyon, Usul, le commentateur politique de Médiapart, se fait enfariner à la terrasse d'un bar par deux jeunes hommes, au cris de "ça c'est pour Napoléon."

 Le Samedi 11 septembre : la tête de cortège de la manifestation Toulousaine contre le Pass Sanitaire, réunie derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire "Révolution Sans Frontières", est attaquée et dispersée par une quarantaine de fascistes armés de barres de fer et de béquilles. Entre cinq et huit personnes sont blessés au cours de l'attaque. A Paris le même jour, un cortège de dizaines de néo-nazis défile et frappe. D'autres attaques d'extrême droite armées, et toujours impunies, ont eu lieu à Tours, Nantes, Bordeaux les samedis précédents.

 Le Lundi 13 septembre : invitée sur France 5, la secrétaire d'état chargée de la jeunesse Sarah El Haïry déclare : "Moi ce qui m'effraie encore plus que Zemmour, c'est les discours intersectionnels du moment". Pour LREM : plutôt l'extrême droite que la gauche.

 Mardi 14 septembre, Macron réclame « plus de bleus sur le terrain », et annonce le doublement des patrouilles de police et le recrutement de 30 000 auxiliaires de police. La France est le pays européen comptant le plus de forces de sécurité par habitant. Dans le même discours, le président reprend le slogan Lepéniste : « la sécurité, première des libertés ». Quelques jours plus tôt, le gouvernement offrait le train gratuit aux policiers, à la condition qu'ils entrent armés dans les wagons.

 Le jeudi 16 septembre, un article de Streetpress révèle les violences policières systémiques commises à l'encontre de personnes non-blanches du 9ème arrondissement. On y découvre, entre les coups, les humiliations, une tentative déjouée de fabrication de preuves et un usage massif de gaz lacrymogène, qu'une policière accoutumée des contrôles trouvait que "leurs prénoms étaient trop compliqués, alors, elle appelait les arabes chameaux et les noirs négros."

 Le numéro de septembre du magazine réactionnaire Causeur titre : "Souriez, vous êtes grand-remplacés", illustré avec des bébés non-blancs, reprenant la théorie du complot de l'auteur fasciste Renaud Camus. Dans ce dossier, on peut lire que les pouvoirs publics seraient en train de dissimuler le remplacement ethnique des blancs. Des bébés sont donc considérés dans un journal comme une menace « raciale ». De la propagande fasciste à l'état brut.

 Vendredi 17 septembre, le journaliste Taha Bouhafs révèle l'existence de deux fichiers circulant sur le site d'extrême-droite Fdesouche. Un premier fichier, sous forme de tableur excel, contient les noms de plusieurs centaines de personnes étiquetées "islamo-gauchistes". Un second fichier, plus important et plus détaillé, recense, avec adresses physiques à la clef, environ 750 associations dont l'activité consiste à venir en aide, d'une manière ou d'une autre, aux exilés.

 Toute la semaine, tous les jours, les médias des milliardaires font une campagne intensive pour un chroniqueur d'extrême droite créé par une chaine de service public. Révisionniste, violemment raciste et misogyne, pluri-condamné, ce candidat des médias est l'auteur de textes et de déclarations réhabilitant ouvertement le pétainisme et la Collaboration.

Vous ne voyez pas le problème ? Alors vous faites partie du problème. Vous mettez encore sur le même plan les fascistes et ceux et celles qui s'opposent au fascisme ? Vous êtes déjà prêts pour le fascisme.

---

A partir du recensement de Peika Dioud

===============

La seule chose rigolote c'est de penser à la tronche de le Pen.
Pour le reste, on y va tout droit

https://www.facebook.com/photo/?fbid=10222913327716311&set=a.10216917726990040

=======================

Nantes Révoltée

H1ier, à 1i9ltf2osmm:916r6  ·

POURQUOI IL N'Y A PAS DE «BONS POLICIERS »

Le débat revient en permanence : plus les vidéos de violences policières et les affaires indéfendables commises par la police s'accumulent, plus on entend l'argument « oui, d'accord, mais il y en a aussi des biens », ou le classique « une minorité est violente mais la plupart fait bien son travail ».

Sur le fond, le rôle de la police est de « maintenir l'ordre », c'est sa fonction. Et l'ordre actuel est injuste, destructeur, violent et inégalitaire. Donc par sa fonction même, l'institution policière ne peut être « bonne » : elle est l'instrument et la protectrice d'un ordre mauvais. Mais en plus le système policier lui même sélectionne les plus violents.

Concrètement, d'un côté, les fonctionnaires les plus brutaux et radicalisés sont récompensés. Par exemple Didier Lallement décoré de la Légion d'Honneur, le commissaire qui a chargé la fête de la musique à Nantes médaillé, parmi d'autres auteurs de violences qui ont été promus par l'institution. Et de l'autre, les rares qui s'éloignent, même timidement du rang, sont sanctionnés. Par exemple le policier qui a dénoncé le racisme dans les cellules du tribunal de Paris, ou tout récemment un commissaire qui s'était excusé d'avoir gazé une mère de famille aux Tarterêts. Et même syndicaliste qui avait dénoncé mollement sa hiérarchie. Tout suspendus, mis à pied, punis.

Une « bonne » police n'existe pas. Et ne peut pas exister.

Peut être une image de texte qui dit ’POURQUOI IL NE PEUT PAS YAVOIR DE "BONS POLICIERS" LCI 14-Juillet le décrié préfet Didier Lallement να recevoir la Légion d'honneur franceinfo: Racisme au dépôt du X tribunal de Paris: le brigadier lanceur d'alerte sanctionné ouest france Nantes. Le commissaire qui a dirigé l'intervention policière controversée lors de la Fête de la musique avait été décoré peu avant Un policier condamné aux assises, toujours en poste devient délégué syndical MEDIAPART Un commissaire de police s'excuse, il est mis au placard Un syndicaliste policie suspendu pour ses «critiques outrancières» contre l'institution’

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.