Taux d'occupation des lits de réanimation ou comment fair mentir les chiffres

L'épidémie de COVID est l'occasion de diffuser des chiffres divers et variés. Pour en saisir la signification, il faut aller dénicher leur définition. Ne pas le faire permet parfois de faire dire ce que l'on souhaite à ces chiffres. Un exemple le taux d'occupation des lits de réanimation.

Un des indicateurs mis en avant est le taux d'occupation des lits de réanimation. Comment est il calculé officiellement. Nous reprenons les définitions des sites officiels Géodes (https://geodes.santepubliquefrance.fr) ou de la DREES (https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques).

Le numérateur est (extrait du site Géodes)  "Depuis le début de la surveillance hospitalière via SI-VIC, la définition d’admission en réanimation s’applique aux patients hospitalisés développant une forme grave et admis en service de réanimation (SR), en unité de soins intensifs (SI) ou en unité de surveillance continue (SC), sans précision sur le type de service."

Le dénominateur est le nombre de lits des services de réanimation (SR) avant la crise soit 5050 lits pour la France (Publique plus Privé lucratif plus privé non lucratif).

Fin 2018 le nombre de lits correspondant aux SR, SI et SC était de 18155.

Si on calcule un taux d'occupation par rapport aux total des lits SR, SI et SC, on obtient au 30/11/2020 un taux d'occupation de 20,66 % à comparer aux taux officiel de 73,69 %. Si on ne prend en compte que les lits SR et SI (10882 lits) on arrive à un taux d'occupation de 34,44 %.

On voit que ce n'est pas la même chose.

La question est de savoir si il est légitime de présenter uniquement le taux officiel pour informer la population et l'utiliser pour démontrer que les capacités hospitalières sont saturées et éventuellement pour faire peur.

Sans entrer dans le détail les services SR, SI, et SC se différencient entre autres par le type de ventilation (intrusive, mécanique ou masque selon la nomenclature qui sert à les dénombrer).

On voit donc bien que connaître le taux d'occupation des trois types de service est nécessaire et plus pertinent car des patients hospitalisés en SC sont susceptibles de passer en SI et SR.

On aimerait que les autorités sanitaires utilisent des indicateurs plus pertinents et plus transparents. Cela participerait peut être à gagner plus surement la confiance des citoyens.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.