Recentrer le débat sur l'extrémisme religieux.

Parler de la dénonciation de l'intégrisme musulman sans que cela ne fasse de doute, cela me dérange. Pas tant que cet état de fait est faux, mais il peut être mal interprété et qu'il n'est pas forcément en adéquation exacte avec ce qu'il se passe.

Parler de la dénonciation de l'intégrisme musulman sans que cela ne fasse pas de doute, cela est dérangeant.

Pas tant que cet état de fait est faux, mais il peut être mal interprété et qu'il n'est pas forcément en adéquation exacte avec ce qu'il se passe.

Pourquoi ? Parce qu'il faut déconstruire les boules puantes dangereuses (extrémistes) de la pensée actuelle.

Vous ne faites pas face à un mouvement d'intégristes organisé, loin de là. Vous n'êtes pas, en France, face à des émanations de mouvements terroristes organisés.

Ce "terrorisme" là n'est pas organisé. Il s'organise entre individualités, des gens qui trouvent ponctuellement un objectif commun dans le fait d'organiser une action de choc. Les actions sont locales.

Qui sont ces gens ? Ils sont le fruit de leur environnement, comme vous et moi.

Ils sont au croisement de trois problématiques.

D'abord, une position assumée permanente de réaction qui est sans cesse activée par le discours médiatique et le discours politique. Un discours qui force, pour la survie, de se construire en opposition radicale avec ce qui leur fait face.

Ensuite, le fruit d'un entrecroisement de facteurs sociaux et psychologiques qui font que les populations non-blanches françaises ont des chances plus grandes de facto de développer des maladies mentales.

Enfin, une lecture opportuniste, bigote et littéraliste (bien sûr) de textes religieux qui laissent l'occasion rêvée de se créer une position de héros, de martyrs religieux.

A quelle fin ? Valider son être existant qui est sans cesse questionné, humilié, à qui on prête sans cesse des intentions. Jusqu'à commettre l'irréparable.

Cet irréparable qui leur permet d'exister durablement aux yeux de Dieu (selon eux, avec la position de martyr) et qui marque dans le même temps la société française, les médias et la classe politique.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.