Ecologie peut rimer avec économie si...

Je dirais même plus, faire de l'économie doit forcément passer par l'écologie. Pas seulement pour considérer l'écologie, mais uniquement par bon sens. Parler d'économie en oubliant l'écologie ne peut aboutir à plus ou moins longue échéance et nous coûtera. C'est ce que je vais essayer de démontrer ici. Et quoi de mieux que des exemples.
  1. er exemple: Diminuer la consommation des véhicules. J'ai conduit des camions pendant plus de 30 ans (oui je sais je m'fais vieux) et j'ai vu l'évolution, notamment des consommations. Savez vous qu'un PL de 44 tonnes (soit 25 t de charge utile) consomme en moyenne 27 ou 28 litres de Go pour 100 kms. C'est peu si vous comparez avec un 3,5 t qui va consommer dans les 8 à 10 litres/100 je crois pour une charge utile de 1,235 t chez Renault (donc continuez d’interdire les PL).

En proportion un PL consomme 1.08 L/100 kms par tonne de marchandise  et un 3.5 t consomme 6.47 L/100 kms par tonne de marchandiseMais alors pourquoi cette différence soit plus de 6 fois ?

Le régime moteur dont la zone rouge se situe à 2500 tr/min et boite auto 12 sur les derniers PL et 4500 tr/min et boite 6 sur un utilitaire 3,5 t (c'était 5500 ou 6000 tr/min avant). Pour votre voiture c'est pire c'est 6500 tr/min.

On voit bien que les normes et seulement celles-ci poussent les constructeurs à réduire le régime moteur des utilitaires pour se rapprocher des PL. Je suis d'accord il ne faut pas oublier le couple, qui je vous rassure est à la baisse sur tous les véhicules. Mais on peut aller beaucoup plus loin:

  • Des voitures qui tourneraient à 2500 tr/min maxi contre 6500 tr/min aujourd'hui consommeraient 2,6 fois moins
  • Associé à une boite auto 10 (chez Fiat et Ford), vous réduisez encore par rapport à une boite 6
  • Une voiture qui à du couple et donc de la puissance dés les premiers tours moteur est beaucoup plus agréable à conduire, comme une électrique.
  • Ce n'est pas intéressant pour les constructeurs ni pour les pétroliers. Le moteur fatigue moins et dure plus longtemps, mais l'écologie pousse les constructeurs avec les normes. Mais on se fout de nous par manque de démocratie et donc de responsables !

Pourtant on les voient s’extasier, ces journalistes auto comme sur Auto-Moto ou Turbo, à chaque fois qu'une voiture atteint les 8500 tr/min ("comme une voiture de course" nous disent ils). Sur un circuit de F1, c'est utile et même recherché (on est allé jusqu'à 19500 tr/min du temps des glorieuses Mc Laren ou V10 Renault), mais pour l'utilisation de tous les jours nous avons besoin d'un moteur rentable (coupleux). Mais ce qui est rentable pour nous ne l'est pas pour les constructeurs ni pour les compagnies pétrolières. Un poids lourd longue distance fait environ 90 à 120 000 kms/an (c'est plus en international) et est vendu d'occasion entre 500 000 et 700 000 kms et j'ai déjà conduit un vieux PL de 1 300 000 kms (bon il consommait autant d'huile que de GO), pourtant on lui demande plus de contrainte qu'une voiture (usure programmée ?).

    2. éme exemple: Se passer du pétrole avec l'électrique. On le sait les voitures électrique, même si c'est une solution, il n'y a pas encore suffisamment de matières premières pour servir tout le monde, de plus ça coûte cher. Pourtant il y a une solution dont j'avais fais part au ministre Nicolas Hulot et à notre trop cher Macron (oui j'ai osé cry) d'une solution qui aurait dût satisfaire les deux :

  • Prenez des voitures électriques, divisez par 8 ou 9 les batteries pour arriver à une autonomie de 50 à 60 kms. Vous venez de multiplier par 8 ou 9 le nombre de véhicules et passez le prix des batteries de 8000 € à moins de 1000 €/ véhicule.
  • Vous avez des voitures tout électrique pour 15 à 20 000 € neuves sans aide de l'Etat et beaucoup moins d'entretien.
  • Installez sur les nationales et autoroutes des plaques à induction dans la route pour nous permettre de recharger en roulant.
  • Financez les travaux de ces routes par des portiques qui seront payés par tous les utilisateurs, dont les étrangers qui traversent ou visitent notre pays et comblera le manque à gagner des 75 à 80% de taxes facturées à la pompe avec un surplus de 10 à 15 Milliards d'€/an pour financer une partie du social ou autre comme le développement du renouvelable et des métiers.
  • De plus plus de conflit ni de crise liés au pétrole et plus de dépendance du carburant.
  • La seule chose qui me pose problème ce sont les emploies détruits dans les métiers du pétrole.

Pour restez et en finir avec le transport en électrique, je ne comprend vraiment pas pourquoi les constructeurs s'acharnent à proposer des voitures avec la technologie de l'hydrogène et sa pile à combustible. Ça coûte cher, ce n'est possible que sur de gros véhicules et il faut encore des réseaux pour faire le plein (ça intéresse les pétroliers). Je sais pas vous, mais de gros véhicule, moi ça me rappelle quelque chose comme les PL, voir plus gros, les avions gros porteurs ou les paquebots (qui ne sont pas que beaux, bon c'et naze arrête). De plus les avantages sont certains.

  • Une flotte de camions (non pas paquebots) devient autonome et peut installer une mini centrale pour fabriquer son hydrogène et n'est plus dépendant lui aussi des pétroliers des retards de livraison etc...Station autonome en hydrogène
  • Il en va de même pour les compagnies aériennes.
  • Pour les paquebots, ils seront encore plus attractifs avec le silence, la propreté (Venise) et l'autonomie puisqu'ils peuvent certainement installer une mini centrale embarquée et l'économie du carburant.

Je rappelle que l’hydrogène se fabrique en électrolysant de l'eau. L'important de l'électricité en est sa source qui doit être non polluante et c'est possible de plus en plus avec le solaire. Aujourd'hui on utilise surtout le gaz pour produire l'hydrogène, un comble.

La voiture électrique de 800 kms d'autonomie avec l'eau salée © RMC

     3. ème exemple; L'hydrolien. Tout ce qui est sur l'eau peut être équipé de turbines qui génèrent de l'électricité. De plus en France nous avons le 2éme domaine maritime au monde. Donc nous pouvons très bien installer des turbines dan les mer qui prendront leur énergie du flux et du reflux sans cesse des mouvements maritimes. Rien qu'en métropole nous avons 400 moulins à eau en parfait état de marche sous contrôle d’associations. Il suffit de les utiliser comme générateurs, c'est inépuisable tant qu'il y a de l'eau.

     4. éme exemple: L'éolien. Savez vous que les éoliennes (que je préfère aux lignes à haute tension) ne tournent en moyenne qu'à 30%. Faisons les tourner à 100% (j'ai une solution) ou arrêtons l'investissement et tournons nous vers le solaire par exemple. La crise des éoliennes en allemagne.

A voir aussi : Comment stocker l'énergie solaire à moindre coût Ce qui donne des perspectives et illustre pleinement mes propos.: faire de l'économie grâce à l'écologie et "Ecologie peut rimer avec économie si"... nous vivons dans une réelle démocratie, représentative et pour le bien commun.

     5. ème exemple: L'écotaxe et la taxe carbone. Vous vous souvenez de l'écotaxe, mais si ces fameux portiques que l'on vois encore partout et qui nous coûtent plus d'un million par an au lieu de nous rapporter 10 Milliards/an selon la cour des comptes et payés par 80 à 90% des camions étrangers (celui qui pollue paie, alors qu'aujourd'hui seul les Français paient même s'ils ne roulent pas avec la taxe à l'essieu).

Combiné avec la taxe carbone qui facture les kms parcourus par les marchandises (qui rétablit un peu l'équilibre de traitement entre les PL étrangers qui roulent plus et les Français, mais aussi permet d'inciter les consommateurs à acheter local. D'autres pays Européens l'ont déjà adopté, mais toujours pas la France alors que cette solution évidente allie écologie et économie.

En cherchant un peu je suis sûr que l'on trouve d'autres exemples, mais le voudront ils vraiment.

[Le duo idéal : Qwant + Anticor]

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.